En direct

Retour

Groupe scolaire Gorki

Une cantine toute neuve

Par Catherine Portaluppi

DJI_0116.jpg

Après un an de travaux, dès la rentrée, les enfants déjeuneront dans un espace de restauration coloré et lumineux, situé entre les secteurs maternel et élémentaire. C’est une étape importante de la rénovation complète de l’école Gorki, preuve que la mutation de l’ensemble du quartier avance à grand pas.

Une ambiance rouge chez les maternelles, jaune chez les élémentaires, des baies vitrées pour laisser entrer la lumière, un sol en PVC gris, type parquet point de Hongrie, des chaises et des tables en aluminium et hêtre blanc, vert ou orange : voici le nouvel espace de restauration des 370 élèves du groupe scolaire Maxime-Gorkien travaux depuis l’été 2021. Le nouveau bâtiment est surplombé d’une terrasse qui sert de cour de récréation sécurisée pour les plus petits. Cette terrasse déborde sur les deux façades de l’espace restauration pour produire un effet casquette et les protéger du soleil. Pour lutter contre le bruit, souvent très important dans les cantines, des panneaux acoustiques sont suspendus au plafond, en alternance avec les luminaires. La cloison centrale, également doublée de panneaux acoustiques, sépare l’espace de 138 m2 dévolu aux enfants de maternelle, qui sont servis à table, et celui de 204 m2 réservé aux élémentaires, qui bénéficient d’un self-service. Enfin, le mur du nouveau bâtiment de restauration donnant sur le parvis, côté ouest, sera à terme décoré d’une fresque.

« Tu as bien mangé ce midi ? »

Interroger les enfants qui mangent à la cantine pour mieux adapter les menus et les quantités, tout en respectant l’équilibre nutritionnel : c’est l’objectif de l’enquête de satisfaction menée par la cuisine centrale dans dix établissements de la ville.

Un jeudi de juin, deux personnes envoyées par la cuisine centrale passent parmi les tables de l’espace restauration de l’école Lucie-Aubrac. Ce jour-là, un menu thaï est proposé. Les « enquêteurs » interrogent les enfants sur les plats qu’ils viennent de déguster, abordent leurs préférences et observent les restes. L’entrée mêlant carottes râpées, pousses de soja et morceaux d’ananas se révèle déroutante. Le plat principal (nouilles au curcuma, poisson et crevettes à la sauce thaï) connaît plus de succès, surtout les nouilles ! Enfin, la glace à la noix de coco satisfait tout le monde. « Ça nous permet de mieux comprendre ce qui peut rebuter les enfants. En général, ils n’aiment pas quand il y a trop de composantes mélangées dans l’assiette. Nous avons par exemple revu l’un de nos plats végétariens en séparant le riz de la sauce aux lentilles, ce qui aide les enfants à repérer ce qu’ils mangent, explique Jennifer de Meyer, responsable qualité et nutrition à la cuisine centrale. L’accompagnement pédagogique est essentiel, poursuit-elle. Une poêlée de courgettes fraîches passe très bien chez les petits servis à table par une Atsem qui déjeune avec eux, beaucoup moins chez les grands qui mangent en libre-service. » L’enjeu : proposer des plats qui seront appréciés, tout en respectant les recommandations nutritionnelles, en travaillant l’éducation du goût et en évitant le gaspillage… Un défi de taille !