Nanterre info - 476 : Septembre 2022

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Groupe Les élus socialistes et progressistes

NI476-p28-col3-soc-Joseph-Nonga.jpgJoseph Nonga

Pouvoir d’achat : la fumisterie de la Macronie

Centrale pour nombre de nos concitoyennes et concitoyens, la question du pouvoir d’achat a dominé les débats lors des dernières élections présidentielles et législatives. Face à la hausse des prix, conséquence d’un contexte international et environnemental sans cesse dégradé, une grande partie de nos compatriotes rencontre de plus en plus de difficultés à boucler les fins de mois, à s’offrir des loisirs, des vacances ou tout simplement à aborder l’avenir avec confiance et sérénité.

C’est donc en toute logique que cette thématique fut débattue au sein de la nouvelle Assemblée nationale l’été dernier avec pour objectif d’apporter des solutions concrètes à celles et ceux les plus durement frappés par la crise. Dans une période marquée par les conséquences sociales et économiques du COVID19, la représentation nationale devait faire preuve d’audace et de courage politique. A ce propos, les députés de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES), et tout particulièrement les élus du groupe socialiste au Parlement, se sont engagés, tout au long des débats, sur une stratégie innovante et ambitieuse portant notamment sur la relèvement du SMIC à 1 500 euros, le blocage des prix des produits de première nécessité, sans oublier la revalorisation des aides au logement ainsi que de l’allocation de rentrée scolaire. Loin d’être fantaisistes ou cosmétiques ces mesures, financées par l’instauration d’une taxe sur les superprofits des grandes entreprises, se voulaient une réponse sérieuse, crédible et durable aux attentes des Françaises et des Français, véritable bouclier social face aux défis économiques et énergétiques qui les attendent.

La loi « Pouvoir d’achat » adoptée par la Macronie, avec la complicité des Républicains et du Rassemblement national, trahit à nos yeux un tel objectif. Pire, elle souligne tout le cynisme voire le mépris de la majorité envers les plus fragiles d’entre nous. Si, nous accueillons positivement certaines mesures telles que la déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) – pourtant refusée avec force par l’exécutif lors de la précédente mandature –, la facilitation des mesures de résiliation en ligne ou encore le renforcement des sanctions pénales en cas de pratique commerciale abusive à l’encontre des consommateurs – en particulier les plus vulnérables – nous ne pouvons que constater l’absence d’initiative en faveur des salaires, point pourtant crucial des échanges parlementaires. En effet, ni la prime dite « Macron » – qui ne sera pas prise en compte dans le calcul de la retraite et qui sera versée selon le bon vouloir de l’employeur – et encore moins la suppression de la redevance – dont le manque à gagner sera récupéré à travers la TVA sans oublier la menace qui pèse à terme sur l’indépendance du service public audiovisuel de notre pays – ne sauront constituer un gain conséquent et solide de pouvoir d’achat, à destination en particulier des ménages les plus modestes.

Une attitude mise au jour avec le refus clair et assumé de la majorité de tout dialogue avec les députés de la NUPES et de ses composantes, en dépit des enjeux et de l’urgence aussi bien sociale qu’économique et climatique. Face à cette fumisterie, la gauche, dans toute sa diversité, et l’ensemble de ses élus continueront, au plan national mais également local à agir pour la défense des plus fragiles. C’est ce que nous faisons concrètement au quotidien dans notre ville.

Joseph Nonga

www.ps-nanterre.fr

Pour nous écrire : socialprogress@mairie-nanterre.fr

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même