En direct

Retour

Actualités

Les mobilités en mouvement

Par Guillaume Gesret

NI477-p7-actu-passerelle-eole-credit-Claire-Macel.jpg

Dans un contexte où l’emballement du réchauffement climatique et la hausse des coûts de l’énergie rappellent l’urgence de modifier les mobilités, Nanterre met tout en œuvre pour accélérer la transformation de son territoire et encourager les habitants à prendre le vélo et le RER.

Les cyclistes adoptent la passerelle Eole

Depuis cet été, les cyclistes, les piétons et les personnes à mobilité réduite peuvent emprunter la nouvelle passerelle Eole qui enjambe la Seine. Pour se rendre à Bezons, Houilles et Carrières-sur-Seine, les cyclistes n’ont plus besoin d’aller jusqu’au pont de Bezons ou celui de Chatou. Cette passerelle permet de créer une continuité cyclable entre les départements des Hauts-de-Seine, du Val d’Oise et des Yvelines. Le jour de l’inauguration, le 15 septembre dernier, Patrick Jarry, le maire de Nanterre, a tenu à souligner que l’ouverture de la passerelle Eole devait « acter l’entrée des autorités compétentes dans une nouvelle ère du développement de nos territoires, qui ne soit plus centré sur la voiture mais sur la multiplication des mobilités douces ». Il a aussi rappelé que la ville de Nanterre et les associations avaient dû se mobiliser plusieurs années ,jusqu’à ce qu’une convention de financement soit signée en 2019 entre la ville, SNCF Réseau, la région Île-de-France, le département des Hauts-de-Seine et la communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine. Aujourd’hui, la municipalité met en œuvre son Plan vélo et est engagée dans de nouvelles négociations pour aboutir à l’aménagement d’une autre passerelle chevauchant l’A86 qui offrirait le trajet le plus rapide entre le centre-ville et la passerelle Eole. Ce trajet devrait prochainement s’inscrire dans l’axe du RER-Vélo, un projet de neuf itinéraires cyclables sécurisés imaginé par le Collectif vélo Île-de-France.

Rendez-vous le samedi 8 octobre, à 10h,
au pied de la passerelle Eole, pour découvrir la passerelle et les itinéraires vélo qui la relieront prochainement aux Terrasses de Nanterre. En présence de représentants de l’équipe municipale et d’associations cyclistes.

En retard...
Le RER E arrivera finalement en 2024

Xavier Gruz, le directeur du projet Eole, a annoncé dans la presse que la mise en service du RER E jusqu’à Nanterre serait décalée à juin 2024 alors qu’elle était prévue pour juin 2023. « Tout sera fait pour qu’on soit prêts pour les JO », a-t-il déclaré. Pour rappel, la gare de Nanterre-La-Folie, située aux Groues, sera desservie par ce RER. Le public des JO qui viendra assister aux compétitions de natation à l’Arena, notamment, devrait donc avoir le choix entre le RER A et le RER E pour s’y rendre.



50 ans d’un axe majeur

La gare durant les années 1970. Nanterre-Université La gare durant les années 1970. Nanterre-Université Le 1er octobre 1972, le RER A arrivait à Nanterre. Les habitants pouvaient monter à bord aux gares Nanterre-Université et Nanterre-Ville. Ce n’est qu’un an plus tard que la gare Nanterre-Préfecture ouvrira. À l’époque, on parlait encore du métro régional qui prendra le nom de RER A en 1977 à la suite de l’inauguration du tronçon central Auber-Nation. Pour les Nanterriens, le RER A est un axe qui permet notamment de relier trois quartiers de la ville en moins de quatre minutes. Pour autant, la bonne desserte de Nanterre en transports en commun structurants engendre un tribut non négligeable pour le territoire, dont 10 % de la surface se voient occupés par les infrastructures ferroviaires et routières. En cinquante ans, les trois gares de Nanterre ont connu des rénovations. À commencer par la gare de Nanterre-Université qui est restée provisoire durant près de quarante ans. La nouvelle gare, inaugurée en septembre 2015, est enfin venue offrir une infrastructure digne de ce nom aux plus de 60 000 habitants, étudiants et salariés qui y transitent chaque jour, et ce, après quarante-trois années de patience… N’oublions pas qu’elle incarne le désengagement des pouvoirs publics ayant refusé de la financer en totalité, ce qui se fait pourtant par ailleurs. En 2019, une rénovation s’engageait aussi à la gare Nanterre-ville. Trois ans plus tard, le chantier dure encore…