Nanterre info - 471 : Mars 2022

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

culturemars2022.jpg Sofiane Saidi-crédit-Miguel Santos-BUILDOZER. et DR
NI471-p22-zoom-sur-J-Caux-credit-DR.jpg
Crédit DR

Jacqueline Caux, la référence

Elle est une pointure dans le milieu du documentaire en France. Jacqueline Caux a réalisé plusieurs films récompensés dans les festivals du monde entier. Dans ses films – à emprunter à la médiathèque musicale de Nanterre –, elle met en lumière de grands artistes, qu’ils proviennent de la musique répétitive (La Monte Young, John Cage, Philip Glass) ou de la musique électro (Je Mills, Carl Craig, Luc Ferrari…). Après les Printemps arabes, Jacqueline Caux s’est intéressée aux femmes dans les musiques arabes. Cela donne trois films remarquables : « Si je te garde dans mes cheveux… » en 2013, Hadda – Casa / Hadda Ouâkki – Chant d’une Rebelle, en 2016 et Bad Girls des musiques arabes, en 2020. Cette femme à la culture musicale impressionnante a également collaboré à la revue Art Press et à plusieurs séries DR radiophoniques de France Culture.

Retour En avant

Culture

Les musiques arabes à la fête

Alors que la réalisatrice de documentaire, Jacqueline Caux, met en lumière des femmes qui ont fait triompher leur art contre tous les diktats, le chanteur de raï, Sofiane Saïdi, a carte blanche pour un nouveau concert à la Maison de la musique. Richesse et diversité du monde arabe à l’honneur !

Comme un pied de nez à la petite musique nauséabonde de la campagne présidentielle, la Maison de la musique propose de se tourner vers les musiques arabes. La programmation s’attarde tout d’abord sur le documentaire Bad Girls des musiques arabes – du VIIIe siècle à nos jours. Des extraits de ce fi lm de quatre-vingts minutes sont présentés au foyer Adoma (5 mars), à la Maison de la musique (12 mars) et au centre culturel et social La Traverse (18 mars), en présence de la réalisatrice, Jacqueline Caux (lire ci-dessous). Cette dernière vient à la rencontre des Nanterriens pour discuter de la place et du rôle des femmes dans les sociétés musulmanes. Dans son documentaire, elle dresse le portrait de plusieurs musiciennes qui, au fil des siècles, ont défié le patriarcat. Elle montre ainsi comment les femmes, d’Oum Kalthoum à la jeune génération de rappeuses du Caire, refusent les diktats que la religion, la famille et le pouvoir politique veulent leur imposer.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même