En direct

Retour

CEJ : un contrat vers l’emploi

Par Isabelle Fruchard

NI476-p9-lead-MEF-CEF-credit_orz.jpg

En offrant à des jeunes d’origine modeste des parcours intensifs et adaptés à leur situation, le nouveau contrat d’engagement jeune (CEJ) facilite leur entrée dans le monde du travail.

Qu’est-ce-que la « e-réputation » ? Est-il possible de supprimer des photos sur Facebook ? D’où proviennent les profits de ce réseau social ? Comment booster sa recherche d’emploi grâce à Linkedin ? Dans la salle de la Maison de l’emploi et de la formation, Olivia Hendricksen de l’association Les Entreprises pour la cité anime un atelier sur l’identité numérique auprès de six jeunes inscrits dans le CEJ. Entré en vigueur le 1er mars dernier, ce dispositif gouvernemental remplace la garantie jeunes et propose aux 16-25 ans (30 ans pour les personnes en situation de handicap) un accompagnement vers l’emploi ou une formation. « Sont concernés tous les jeunes en démarche d’insertion et capables de se mobiliser quinze à vingt heures par semaine pour cela », explique Sonia Thierry, coordinatrice de la Mission locale.

Entretiens individuels et ateliers collectifs
Ce contrat d’accompagnement de six ou douze mois, renouvelable une fois, comprend des entretiens individuels avec un conseiller référent, des ateliers collectifs sur des sujets touchant à l’emploi, et des démarches personnelles pour décrocher un job, un stage ou un centre de formation. Les jeunes primo-arrivants peuvent aussi bénéficier de cours de langue gratuits. « Nous aidons ces jeunes à cibler les offres d’emploi, à contacter un employeur par téléphone ou à mener un entretien d’embauche en visio, ajoute Sonia Thierry. Lorsqu’ils trouvent une formation ou un emploi, nous les suivons jusqu’à la fi n de leur cursus ou de leur période d’essai. » Cet accompagnement intensif porté par la Mission locale et par Pôle emploi ouvre droit à une allocation de 500 euros maximum (*) pour les majeurs et de 200 euros pour les mineurs quand le foyer est non imposable.

Près de 70 Nanterriens bénéficiaires
Depuis le lancement du CEJ, près de 70 jeunes Nanterriens ont bénéficié de ce dispositif et environ la moitié avait trouvé une situation début juillet. Parmi eux, Kévin, 20 ans, très satisfait de son expérience : « Je n’étais pas trop école et j’ai arrêté en seconde générale. Depuis longtemps, j’avais en tête d’ouvrir ma boulangerie. Le CEJ m’a bien aidé dans mon projet puisque j’ai trouvé un CAP pâtissier pour septembre avec un centre de formation à Paris et un emploi chez Maître pain à côté du RER Nanterre-Ville. En attendant, je suis serveur tout l’été dans un restaurant sur une péniche près de la tour Eiffel. Pour le CEJ, on était six dans le groupe et on a tous retrouvé quelque chose pour la rentrée ! »

(*) Le montant peut varier de 300 à 500 euros en fonction de la situation fiscale du foyer.

Renseignements auprès de la Mission locale : 01 47 29 96 40.
Réunions d’information sur le CEJ tous les mardis, de 14h à 15h, en accès libre à la MEF (6, avenue Lénine).