Nanterre info - 415 : Novembre 2016

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

rachidtayeb.jpg Rachid Tayeb, adjoint au maire délégué au développement économique et à l’emploi. © Claire Macel

RÉCAP'

Les mots de l’ESS


Tiers-secteur : un autre terme pour désigner l’économie sociale et solidaire par opposition au secteur commercial et au secteur public.
Économie circulaire : à l’inverse du modèle linéaire (produire, consommer, jeter), il s’agit de réparer, recycler et réutiliser les objets afin de limiter le gaspillage et l’impact sur l’environnement.
À Nanterre, la ressourcerie Le Cercle, qui donne une deuxième vie aux objets usagés, en est un parfait exemple. Elle vous ouvre ses portes mercredi 16 novembre de 10h à 18h au 3, rue du Bois. Quant au Repair Café, il vous permet de réparer à satiété. Prochain rendez-vous, dimanche 27 novembre de 15h à 17h, à Leroy-Merlin, 140, rue de Sartrouville.
Économie collaborative : troc, échanges de services, covoiturage… autant de nouvelles pratiques non-lucratives qui ont fleuri avec Internet. L'échange de services est justement la raison d'être du réseau nanterrien ÉcoTemps, à découvrir page 15.
Circuit court : acheter ses œufs et ses légumes directement, ou avec un seul intermédiaire au maximum, auprès de producteurs locaux : un gage de qualité, un prix raisonnable pour les uns et les autres et un impact réduit sur l’environnement. Pour concrétiser l'expérience, rendez-vous tous les jeudis du mois de novembre de 18h à 19h dans les Amap de la ville ou profitez du Mois de l'ESS pour passer commande auprès de la Confédération paysanne.
Coworking : espace de travail partagé permettant des échanges entre professionnels indépendants, la mutualisation de ressources et des économies de loyer et d’électricité. À Nanterre, la coopérative Coopaname propose ce type de services.
Crowdfunding (ou financement participatif) : une nouvelle façon pour une entreprise de récolter des fonds pour financer un projet grâce à une communauté d’internautes.
Pour en savoir plus et profiter de ce mode de financement, les associations sont invitées à un débat mardi 29 novembre à l'Agora (20, rue de Stalingrad), de 19h à 21h.
Retour En avant

Économie sociale et solidaire

3 questions à…

Pourquoi la ville soutient-elle l’économie sociale et solidaire ?
Rachid Tayeb : La crise économique qui sévit aujourd’hui en Europe met clairement en lumière la faillite d’un modèle de développement fondé sur le postulat d’une croissance illimitée. Face à ce constat d’échec, des modèles alternatifs émergent. Cette « autre économie », que l’on dit sociale et solidaire, incarne de nouvelles aspirations : produire et consommer autrement en tenant compte des besoins de la population et dans le respect de l’environnement. Il s’agit en fin de compte de replacer l’humain au cœur des préoccupations.

Quel est le visage de l’ESS à Nanterre ?
R.T. : À Nanterre, un territoire fortement économique à proximité d’un secteur aussi spécialisé que La Défense, l’ESS apporte une autre approche de l’entrepreneuriat, de l’innovation et de la place de l’entreprise dans la société. Elle conjugue développement économique et aspirations sociales, autonomie et solidarités. Elle est porteuse d’un modèle de développement inclusif qui crée des emplois non-délocalisables et produit du lien social. En l’intégrant dans tous les grands projets de territoire (politique de la ville, projets urbains …) et en privilégiant une approche transversale et partenariale du développement local, l’équipe municipale a fait du développement de l’ESS un engagement à part entière. Face à la tentation du cloisonnement et du chacun pour soi, la coopération et la mutualisation nous semblent être les clés d’une économie plus juste, plus solidaire et plus innovante.

Concrètement, comment la municipalité s’y prend-elle pour soutenir le secteur ?
R.T. : D’abord, en l’aidant à gagner en visibilité auprès du grand public, des milieux économiques et des institutions. Depuis plusieurs années, la ville participe au Mois de l’ESS, mettant ainsi en lumière les acteurs locaux qui se mobilisent tous les jours pour démontrer qu’il est possible de créer des richesses autrement : en produisant des biens et des services à forte utilité sociale, de manière plus ouverte à la coopération et au sein d’organisations gouvernées plus démocratiquement.
La ville apporte également un soutien matériel aux structures en mettant des locaux à leur disposition ou en développant des partenariats innovants comme celui du « Château ». Elle promeut enfin le développement de clauses d’insertion sociale, dans le cadre de la commande publique mais aussi en incitant les bailleurs sociaux et privés à généraliser cette pratique pour soutenir l’emploi local.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même