En direct

Retour

Conseil municipal

Une santé financière préservée

Par Sophie Bocard

10-NI445-Actu-p10-leader.jpg

Lundi 24 juin la dernière séance du conseil municipal avant la trêve estivale a donné lieu à l’approbation du compte administratif 2018 du budget de la ville. Il a été également question du prolongement de la ligne de tramway t1.

Si le conseil municipal du 24 juin s’est ouvert par le vote d’un vœu portant sur le bio (lire ci-dessous), c’est autour des finances de la ville que les débats se sont concentrés. À l’ordre du jour en effet, l’approbation du dernier compte administratif du mandat. « C’est un document important, insiste Alain Raimbault, adjoint au maire délégué aux finances, puisqu’il rend compte de l’exercice budgétaire de l’année précédente. » Et de poursuivre : « En 2018, par le double effet de la baisse des dotations et de l’accroissement des contributions au titre de la péréquation, les Nanterriens se sont vus privés de 6 millions d’euros supplémentaires, portant la perte totale de ressources subie depuis 2012 à plus de 35 millions. Malgré cette baisse, nous avons tenu nos engagements et préservé la santé financière de la ville. » « Nous pensons, nous, que l’équilibre des finances est menacé sur le long terme, rétorque Camille Bedin, conseillère municipale (groupe Nanterre ensemble) et départementale. Alors même que notre ville est avantageusement dotée de recettes fiscales des entreprises. Certes, le budget est sous contrainte mais il était possible de solliciter l’aide de l’Union européenne, de l’État, de la région et même du département pour financer certains projets. » L’assemblée communale s’est justement penchée sur la répartition de l’aide départementale aux associations et au CLIC (coordination gérontologique) dans le cadre du contrat de développement 2018-2020 (lire ci-contre). « Nous allons demander au conseil départemental qui affiche un excédent record de 550 millions d’euros, d’augmenter la subvention de tous les CLIC des Hauts-de-Seine, précise Patrick Jarry, maire de Nanterre et conseiller départemental. Et de prendre en compte le niveau de ressources des bénéficiaires. » En fin de séance, Gilles Gauché-Cazalis, adjoint au maire délégué aux transports, a annoncé les dates de l’enquête publique relative au prolongement de la ligne du tramway : elle se déroulera du 7 octobre au 15 novembre prochains. La mise en service de la première phase Petit-Nanterre/Hôtel-de-ville interviendrait en 2027-2028 et à l’horizon 2030 pour la section allant jusqu’à Rueil-Malmaison. Le calendrier dépend en effet de l’avancement des travaux de la gare du Grand Paris Express à La Boule. Le tramway ne pourra être livré qu’une fois la station souterraine réalisée.

C’EST VOTÉ

affiche L’allée Fernand-Léger reclassée
Urbanisme. Après enquête publique, l’allée Fernand-Léger a été intégrée au domaine communal. Si la voie était depuis sa mise en service en 1971 propriété de l’office HLM de Nanterre, c’est la ville qui assurait son entretien ainsi que la collecte des ordures ménagères. Ce transfert permettra d’engager une réflexion sur son réaménagement et d’attribuer un nom au chemin piétonnier adjacent.



affiche Nager à contre cancer
Solidarité. Le 7 avril dernier, la Ligue contre le cancer organisait l’opération Nager à contre cancer. À cette occasion, la ville s’était engagée à reverser au comité des Hauts-de-Seine le montant des recettes enregistrées à la piscine Maurice-Thorez ce jour-là, soit la somme de 1 197 €. Ce don permettra d’apporter un soutien aux enfants hospitalisés.



affiche Vœu présenté par la majorité municipale
Santé / Environnement. Certains industriels font pression pour affaiblir les contraintes du label bio. L’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité) devra prochainement statuer sur la compatibilité des serres chauffantes avec les principes du bio. C’est pourquoi le conseil municipal de Nanterre demande au législateur de veiller au respect des principes de saisonnalité et au ministère de l’Agriculture d’encourager les circuits courts pour l’approvisionnement en fruits et légumes bio des cantines scolaires des collectivités.



Zoom sur…

Le contrat de développement département-ville

Le conseil municipal a voté la répartition de l’enveloppe départementale.

Le conseil municipal du 16 octobre dernier avait approuvé les termes du contrat de développement 2018-2020 entre la ville de Nanterre et le conseil départemental des Hauts-de-Seine. Ce contrat comporte deux volets : l’un en investissement, l’autre en fonctionnement. En fonctionnement, l’enveloppe annuelle des subventions aux associations (hors politique de la ville) pour les activités culturelles, sportives et gérontologique s’élèvera à 252 900 €. La répartition de ces montants entre les associations est à la charge de la commune. Le conseil du 24 juin a donc voté la répartition suivante :

• 107 900 € pour les activités culturelles

• 55 000 € pour les activités sportives

• 90 000 € pour la coordination gérontologique.

S’agissant du sport de haut niveau et de l’élite, le soutien financier départemental relevait jusqu’à présent d’un dispositif de droit commun. Afin d’améliorer l’efficacité des aides accordées, le département a proposé à la ville de l’intégrer au volet fonctionnement du contrat de développement à compter de l’année 2019. La subvention est fixée à 243 400 € pour la période 2018-2020 avec un montant annuel maximal de 55 000 € pour l’année 2018 et un montant maximal de 94 200 € pour chacune des années 2019 et 2020.