En direct

Retour

AMÉNAGEMENT

Un quartier à réussir ensemble

Par Christelle Garancher

NI435groues.jpg

Une réunion publique d’information autour du futur quartier des Groues s’est tenue le lundi 16 juillet. L’occasion de présenter aux habitants les projets retenus pour le secteur Hanriot et d’introduire la prochaine phase de concertation.

Plus personne n’ignore que Nanterre ambitionne de construire son onzième quartier à l’est de la ville. Des logements, des commerces, des équipements publics, des espaces verts, de l’activité économique, une gare multimodale pour accueillir Eole et la ligne 15 du Grand Paris Express, c’est bien un quartier à vivre et accessible à tous les Nanterriens qui verra le jour à l’horizon 2030. « Et il faut que la greffe prenne », introduisait Patrick Jarry, le maire, lors de la réunion publique. « Nous avons obtenu que quatre hectares soient réservés aux espaces verts, que la constructibilité soit revue à la baisse à hauteur de 32 000 m2 pour dé-densifier, et que les logements soient accessibles aux Nanterriens. Si nous sommes confiants, nous resterons néanmoins vigilants pour relever et réussir ce défi ensemble. » Une précision nécessaire car aujourd’hui, après moult négociations avec l’État et l’établissement public Paris La Défense, ainsi que plusieurs phases de concertation, ce projet sans précédent pour Nanterre se concrétise enfin.

Après le lancement des premiers travaux du pôle gare, qui accueillera la gare Eole et le siège social de la société Vinci, c’est au tour du secteur Hanriot d’amorcer sa mue. Sur cet espace de 25 hectares qui sera à forte dominante résidentielle, les premiers immeubles de logements et un premier groupe scolaire devraient sortir de terre en 2022. À terme, ce sont près de 1 300 logements – dont 30 % de logements sociaux – accueillant plus de 3 100 habitants qui feront vivre ce quartier. Organisés autour de l’école et de la future place d’Arras, les bâtiments hébergeront des commerces et services de proximité en rez-de-chaussée. Un équipement culturel, un pôle médical, une crèche et une halte-garderie compléteront l’offre. Plus de deux hectares seront par ailleurs destinés aux espaces verts. En plus des toitures végétalisées, dont les usages restent à définir, des petits jardins au pied des immeubles, des venelles et des espaces publics généreusement plantés seront aménagés. Le tout s’articulera autour d’une promenade nouvelle, véritable poumon vert du quartier, le jardin des rails.

Et parce qu'à Nanterre on n’aménage ni ne rénove sans consulter les habitants, tous les Nanterriens et les acteurs de la ville seront prochainement invités à se prononcer sur deux sujets essentiels pour ce quartier : les espaces extérieurs et l’identité architecturale du quartier. « Les architectes savent très bien faire des immeubles qui s’intègrent dans un quartier déjà existant. Mais là, il s’agit de construire un quartier entier. On entre dans une autre dimension à laquelle il faudra donner une cohérence. C’est pourquoi je veux que les Nanterriens aient leur mot à dire », concluait le maire.