Nanterre info - 465 : Septembre 2021

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Groupe EELV, Génération.s, Citoyens

EELV-generations-citoyens_465.jpg

Face au dérèglement climatique, les utopistes ont changé de camp !

Nous avons tous été marqués cet été par la multiplication des évènements climatiques extrêmes faisant ressortir l’impuissance d’États aux infrastructures prétendument irréprochables face aux intempéries, tels que l’Allemagne et la Belgique. Au mois de juillet, près de 200 personnes ont perdu la vie dans des inondations, qualifiées de pire catastrophe naturelle depuis un demi-siècle. En contrepoint tragique, la quasi-disparition de la carte du village de Lytton, au Canada, victime d’un dôme de chaleur de 49,6 degrés puis d’un incendie qui s’est rapidement propagé, constitue un signal particulièrement alarmant.

La gravité de ces évènements s’analyse à la lumière des conclusions du prérapport du GIEC portées délibérément avant publication à la connaissance de la presse afin de peser sur la COP 26, qui se tiendra à Glasgow en novembre 2021. Selon les experts onusiens, il y a 40 % de probabilités que, dès 2025, nous atteignions un réchauffement climatique de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Le rapport indique que : « Le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et de nos petits-enfants bien plus que sur la nôtre. » « La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux éco-systèmes. L’humanité ne le peut pas », concluent les experts du GIEC.

En cette période encore trouble sur le plan sanitaire, notre propos n’est pas d’aggraver le climat d’anxiété ambiant, mais bien de pointer, ainsi que le relève la courageuse militante écologiste Camille Étienne, que les utopistes ont changé de camp ! Les innovations diverses visant à décarboner notre économie – 55 % d’objectif de réduction des gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2030 au sein de l’Union européenne – doivent être détachées d’une course à la croissance d’indicateurs périmés, tels que le PIB, et s’inscrire dans une logique de sobriété heureuse.

Dans une ville comme Nanterre, cela implique notamment de poursuivre nos études sur les îlots de chaleur urbains (ICU) et de rendre accessibles, en préalable à tout projet affectant l’espace public, les outils dédiés de diagnostics de ces ICU à l’ensemble des habitants et des acteurs concourant à façonner la ville de Nanterre de demain et d’après-demain. Après s’être assuré de répondre aux exigences de désimperméabilisation des sols et de valorisation du patrimoine arboré, nous avons l’opportunité de réinventer l’espace public et de repenser les habitations privées (habitats participatifs, baux réels solidaires...), tous deux conçus comme des espaces de partage bénéfiques à toutes et à tous.

Dans ce contexte de transformation, le facteur humain doit demeurer central et la sobriété ne pas être l’antichambre de la paupérisation dissimulée des plus vulnérables d’entre nous, mais bien le fer de lance d’un changement de paradigme proposé par les « réalistes » écologistes, aspirant à une société respectueuse du lien entre l’humain et son environnement.
Bonne rentrée à toutes et à tous

Les élus du groupe EELV, Génération.s, Citoyens

eelv.generations.citoyens@mairie-nanterre.fr

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même