Nanterre info - 449 : Décembre 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Groupe Gauche Républicaine et Socialiste

André Cassou et Francis Masanès

Manifester sur tout, mais pas avec n’importe qui

Pendant qu’à Paris l’on manifeste contre « l’islamophobie » et accessoirement contre la laïcité, au Liban, un mouvement de masse se mobilise pour réclamer la fin du système confessionnel qui partage le pouvoir entre diverses communautés religieuses. Évoquant nos débats philosophiques, Amine Zaoui, chroniqueur au journal d’Alger La Liberté, écrit le 26 octobre dernier : « Au moment où, ici au Maghreb, les femmes mènent une lutte acharnée afin de se libérer du machisme sexiste religieux et de l’asservissement symbolisé, entre autres, par le port du voile imposé, de l’autre côté, les femmes européennes d’origine musulmane, victimes ou poussées par une idéologie islamiste masculine, reviennent au port du voile ! »

N’oublions pas non plus qu’un même combat d’émancipation est en cours en Iran. Évoquant « l’islamophobie », l’écrivain algérois ajoute « ce mot est aujourd’hui détourné de son sens original. L’islamophobie est utilisée par les islamistes européens comme un pare-chocs afin de faire face à toute critique condamnant l’islam communautaire. » Pour eux, l’islam est au-dessus de la critique. Or la critique biblique a permis l’évolution du christianisme et de l’Église catholique, loin du fanatisme et de l’obscurantisme. Rappelons-nous l’Inquisition et les guerres de religion… Donc, oui à la critique des religions, mais non à la haine des croyants.

Le peuple algérien qui manifeste massivement chaque vendredi depuis de longs mois pour une alternance démocratique dans le calme et la sérénité devrait nous inspirer. Pour en revenir à la manifestation du 10 novembre, la Nation, dans sa quasi-totalité s’est élevée contre l’attentat de Bayonne : les actes antimusulmans doivent être condamnés comme des actes criminels. Nous comprenons l’exaspération de certains citoyens français de confession ou de culture musulmane, réduits à être des sujets de débats quand ils se sentent pleinement citoyens et réclament le droit à l’indifférence. Il y a là matière à manifester, non contre « l’islamophobie » mais contre le racisme antimusulman et surtout anti-arabe.

Tel n’était pas l’objectif de l’appel du 10 novembre qui évoquait « les lois liberticides » et qui considérait comme une discrimination l’application de la laïcité à l’islam comme aux autres religions ; modèle laïque auquel la majorité des Français est profondément attachée. Que dire aussi de cette étoile jaune portée par certains censée suggérer que les musulmans sont aujourd’hui considérés comme les juifs sous Vichy et sous le Troisième Reich, dont six millions d’entre eux furent exterminés dans les camps de concentration. Comparer la Shoah avec la situation des Français musulmans ici et maintenant est une ignominie.

Nous opposerons toujours un front commun de tous ceux qui croient que la République nous protège collectivement et ensemble des haines et des divisions, en nous permettant de vivre en commun. Quand des politiques se taisent, quand d’autres se fourvoient en mauvaise compagnie ou pour de sordides raisons, c’est aux citoyens de rappeler où sont les règles communes et les conditions de la paix.

André Cassou et Francis Masanès

Groupe Gauche Républicaine et Socialiste

grs.nanterre@gmail.com

Facebook : www.facebook.com/grsnanterre

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même