Nanterre info - 450 : Janvier 2020

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

p24-NI450-p24-sports-hand1-credit-claire-macel.jpg Cette saison, le club compte 22 équipes encadrées par 10 éducateurs.
Retour En avant

HANDBALL

Une dynamique retrouvée

À nouveau dans le giron de l’Entente sportive de Nanterre (ESN), le club de handball relève la tête. Il mise sur la pratique loisir et le développement des sections féminines.

En 2016, les nouveaux dirigeants du hand-ball ont dû redémarrer à zéro. « Cela n’a pas été facile, reconnaît Julien Cayez, le directeur technique du club. Nous sommes reconnaissants à l’ESN et à la ville de Nanterre de nous avoir permis d’accueillir les adhérents en nous ouvrant le très beau centre sportif du Mont-Valérien et le gymnase Évariste-Galois. »

Le nombre de licenciés multiplié par deux

En trois ans, le staff a retrouvé le sourire puisque le nombre de licenciés n’a fait qu’augmenter, passant de 140 à 290 joueurs. Pour attirer les jeunes, le club intervient quatre soirs par semaine dans les écoles Jules-Ferry et Romain-Rolland, dans le cadre du dispositif Après l’école, et vient de signer une convention avec le collège République pour monter une équipe de filles moins de 13 ans. « Le bouche-à-oreille fonctionne bien. Chaque année, nous recevons de nouvelles demandes d’inscription. Cette saison, nous comptons 22 équipes encadrées par 10 éducateurs. Les garçons jouent au niveau départemental et les filles rivalisent avec les meilleures d’Île-de-France », récapitule Julien Cayez.

Joueurs, staff et parents solidaires

Mayssa, une adolescente de 13 ans capitaine de son équipe, confirme la bonne évolution du club. « Au départ, j’étais la seule fille aux entraînements. Maintenant, nous sommes une vingtaine et notre équipe obtient de bons résultats. L’an dernier, les moins de 15 ans se sont qualifiées en Elite régionale. » Du côté des parents, la même satisfaction se lit sur les visages. À l’image de David, qui accompagne ses deux filles aux entraînements : « Le club véhicule des valeurs saines. Je suis content que mes filles fassent un sport collectif dans lequel elles doivent se montrer combattives et solidaires. » Ce papa ajoute que les parents contribuent au dynamisme du club puisque ce sont eux qui prennent la voiture le week-end pour accompagner les équipes lors de leurs déplacements. Un véritable collectif.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même