En direct

Retour

MOBILISATION

Service postal : quel avenir à Nanterre ?

Par Olivier Ruiz

la-poste-credit-claire-macel.jpg

Conscient de l’importance d’un service postal de proximité et de qualité pour les Nanterriens, le maire, Patrick Jarry, poursuit ses sollicitations auprès de la direction de La Poste pour obtenir gain de cause.

Avec la fermeture du bureau de poste des Alouettes, c’est un nouveau coup qui a été porté au service postal dans la ville. Un nouveau coup contre les usagers, le symbole de la poursuite du désengagement dans les services publics de proximité si utiles à tous. Dans un courrier adressé au délégué aux relations territoriales pour les Hauts-de-Seine de La Poste, le maire, Patrick Jarry, regrette que le bureau de poste soit remplacé par un point-relais qui, mal situé, génère des nuisances dans une rue étroite et à sens unique. Un regret d’autant plus amer que la direction de La Poste s’est engagée à « travailler en concertation avec la ville sur le calendrier de cette fermeture et le choix du partenaire pour la création du point-relais », ce qui n’a pas été le cas.

Deux boîtes aux lettres manquantes
Alertée depuis fin 2017, et malgré une étude qui fait état de quelque 180 adresses situées à plus de 450 mètres d’une boîte aux lettres, La Poste n’a pas daigné en implanter une provisoire au Chemin-de-l’Île. Cette dernière n’a pas été jugée nécessaire en dépit des échanges lors des conseils de quartier et de son utilité pour les personnes âgées, fragiles ou à mobilité réduite. Si l’engagement a été pris pour l’ouverture d’un bureau de poste « de dernière génération » dans le futur centre commercial du Chemin-de-l'Île, il ne saurait compenser le manque en attendant 2020. « Strictement inadmissible », assène le maire dans son courrier, surtout dans « un quartier prioritaire au titre de la politique de la ville ». Ce contrat passé avec l’État « implique des engagements en termes de présence des services publics » auxquels La Poste ne peut pas se soustraire. Aux Provinces-Françaises, secteur en plein développement, on constate le même désintérêt pour l’implantation d’une nouvelle boîte aux lettres. La décision, annoncée pour le 30 juillet 2018, n’a toujours pas été suivie de son installation.