Nanterre info - 431 : Avril 2018

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

echangeur2.jpg
Retour En avant

république/Chemin-de-l'Ile

Échangeur A14/A86 : les travaux débutent enfin !

Alors que commence l’aménagement de l’échangeur A14/A86, revenons sur les grandes heures de la mobilisation. Rendez-vous le 10 avril à l’Agora, maison des initiatives citoyennes, pour en savoir plus sur le déroulement du chantier.

Un terrain vague de 12 hectares traversé d’un flux constant d’automobiles, une bretelle débouchant au beau milieu d’un écoquartier… on aura reconnu le paysage qu’offre l’échangeur A14/A86 à Nanterre. Son réaménagement était réclamé depuis près de deux décennies par les habitants, les associations locales et les élus. Enfin, les travaux vont pouvoir débuter. Vingt-quatre mois seront nécessaires pour réaliser et équiper l’ouvrage le plus important, à savoir le tunnel qui permettra de faire passer en souterrain la bretelle B5 reliant l’autoroute A14 (vers Paris) à l’A86 (vers Saint-Denis). Suivra ensuite, à partir du printemps 2019 et pour un an supplémentaire, le rétablissement de l’avenue de la Commune-de-Paris dans son tracé rectiligne et son aménagement en boulevard urbain. Cette avenue, qui longe le site des anciennes papeteries promis à un bel avenir, sera dotée de larges trottoirs et d’une piste cyclable. La deuxième bretelle sera, quant à elle, réaménagée en surface et directement reliée à l’avenue de la Commune-de-Paris afin de ne plus déboucher directement dans l’écoquartier Hoche.

Une longue bataille
Dix-huit ans se seront écoulés entre l’engagement pris par l’État en 2000 d’investir dans l’aménagement de l’échangeur et de ses abords, et le démarrage effectif des travaux en 2018. La bataille aura été longue avant que les Nanterriens n’obtiennent réparation : réparation pour un territoire morcelé en de nombreux points par des infrastructures ferroviaires et autoroutières ; réparation pour les riverains qui sont aujourd’hui près de 15 000 à subir les nuisances visuelles, sonores et sanitaires.
Multipliant les interventions, la ville obtient en 2011 la finalisation des études. Si techniquement, rien ne s’opposait au lancement des consultations préalables aux travaux, c’est alors l’accord financier entre les différentes autorités compétentes qui pose problème. Un collectif composé d’habitants, d’associations et d’élus se crée en 2012. Réunions publiques, mobilisations dont un petit déjeuner citoyen et quelques coups de pioche symboliques – pétitions, délégations au ministère des Transports… tous les moyens sont bons pour interpeller les autorités compétentes. Non sans mal, le financement de l’enfouissement la bretelle B5 et le redressement de l’avenue de la Commune-de-Paris est entériné en juillet 2013. Le conseil départemental ayant revu sa participation à la baisse, c’est l’apport par la ville du million manquant qui a permis de boucler le tour de table. Le coût total des travaux s’élève à 64 millions d’euros, répartis entre l’État (17 millions d’euros), la région (17 millions d’euros), l’établissement public de La Défense (20 millions d’euros), le département (8,9 millions d’euros) et la ville (1,1 million d’euros).

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même