En direct

Retour

PRÉVENTION

Priorité à la santé des Nanterriens

Par Olivier Ruiz

NI455-p5-lead-credit-Claire-Macel.jpg

La ville met tout en œuvre, sur le plan pratique, comme politique, pour aider les habitants à faire face à la crise sanitaire qui devrait encore durer.

Lundi 21 septembre, la ville a organisé en partenariat avec l’agence régionale de santé (ARS), l’hôpital et l’université, une nouvelle action d’information, de sensibilisation et bien sûr de dépistage du Covid-19 sur la place Patrice-Chéreau, en bas de la gare Nanterre-Université. Pour cette initiative, elle a mobilisé d’importants moyens qui s’adressaient notamment aux étudiants et aux Nanterriens des quartiers alentours. Cette opération s’inscrit dans la série de mesures prises – et à venir – par la ville pour lutter contre la pandémie. Le maire y voit « la confirmation de la place indispensable prise par les différents services publics depuis le début de la crise sanitaire que traverse notre pays ».

Un manifeste régional signé par 27 maires

Ces efforts communaux ont trouvé de l’écho au niveau régional pendant l’été. 27 maires d’Île-de-France ont publié un manifeste montrant à quel point les communes avaient été efficaces pour faire face à la pandémie et pour protéger leurs citoyens : veille, organisation logistique, aide financière et alimentaire, sécurisation des espaces publics, soutien à la solidarité entre habitants, mesures sanitaires ou en faveur du commerce... Cette coordination d’élus a également fait 15 propositions à l’État qu’ils jugent trop « rigide » dans ces situations de crise et dont ils pointent nombre de défaillances (pénurie de masques, lenteur, gestion des protocoles sanitaires dans les écoles, etc.). De leur côté, ils s’engagent notamment à ce que 10 % de leurs agents puissent télétravailler un jour par semaine, à les équiper de vélos électriques... En contrepartie, ils demandent plus d’autonomie pour les collectivités locales en cas de crise, une compensation des pertes fiscales, la création de stocks sanitaires mutualisés, des réserves citoyennes, le développement des circuits alimentaires courts... Ils réclament aussi un « campus mondial de la transition écologique » pour créer une « Silicon Valley de l’écologie » et un revenu minimum universel pour les 18-25 ans.