En direct

Retour

Christelle Garancher.

Pack mobilité

11-NI466-Actu-p11.jpg

À Nanterre, une demande de logement social sur quatre est faite par un ménage déjà locataire du parc social. Pour répondre à cette attente de mobilité, les acteurs franciliens du logement social ont mis en place une plateforme d’échange dont peuvent se saisir les Nanterriens.

Vous vivez dans un logement social mais il n’est plus adapté à votre situation familiale et/ou financière ? Vous souhaitez en changer pour plus petit, plus grand, plus abordable ? Et si vous l’échangiez en quelques clics ? C’est ce que propose la plateforme baptisée Echangerhabiter.fr déployée par l’Aorif, l’union sociale pour l’habitat d’Île-de-France qui rassemble les organismes franciliens du secteur. Fonctionnant comme une bourse d’échange, cette solution qui existe déjà dans plusieurs villes de France (Grenoble, Toulouse…) vise à simplifier les demandes de déménagement à l’intérieur même du parc HLM en rendant les locataires acteurs de leur parcours résidentiel. Testé plusieurs mois à Paris, il vient d’être élargi à toute l’Île-de-France.

En novembre pour l’office HLM

Comment ça marche ? Les ménages intéressés doivent en premier lieu vérifier que leur bailleur adhère au dispositif. Ce sera le cas en novembre pour l’office HLM de Nanterre. Après inscription sur le site dédié, il leur suffit d’y déposer une annonce descriptive de leur appartement avec photos et de renseigner leurs critères de recherche. La plateforme sélectionne les annonces pour lesquelles l’échange est envisageable. Les locataires entrent en contact et organisent eux-mêmes les visites. S’ils tombent d’accord pour échanger leurs logements, ils devront transmettre la demande à leurs bailleurs. Les dossiers seront alors étudiés puis validés en commission d’attribution. Pour l'heure, plus de 7 800 annonces sont en ligne, plus de 5 900 contacts entre locataires ont été pris et près de 2 200 visites ont été organisées. Quelque 200 déménagements ont eu lieu.

Le pack mobilité, engagement-cadre entre l’AORIF, l’État et Action logement dans lequel s’inscrit la bourse d’échange, contient un second volet : le protocole mutation. Plus technique, il s’adresse aux bailleurs et réservataires et vise à élargir les perspectives de mobilité résidentielle pour des ménages prioritaires comme les personnes en situation de handicap, les situations de sur ou sous-occupation de logement, de mobilité professionnelle, d’inadéquation entre le loyer et les ressources…

www.habiterechanger.fr