En direct

Retour

NATURE EN VILLE

Nichoirs et pièges contre les chenilles processionnaires

Par Isabelle Fruchard

c4.jpg

Leurs poils urticants sont dangereux pour les enfants et les animaux domestiques. La municipalité utilise donc une combinaison de méthodes naturelles et efficaces pour limiter la présence de ces insectes rampants.

Le printemps est la période durant laquelle les chenilles processionnaires, qui ont passé l’hiver dans leur nid en haut des pins, descendent du tronc pour aller s’enterrer dans le sol. Là, elles se transforment en chrysalides puis en papillons, qui sortiront de terre et iront à nouveau pondre leurs œufs dans les arbres, en juillet et en août, avant d’éclore au mois de septembre. Impressionnantes par leur longueur, ces chenilles ont aussi le désagrément d’avoir des poils volatiles et urticants lorsque l’on s’en approche de trop près. Elles présentent un risque pour les enfants et les animaux domestiques.

Pour contenir leur prolifération…
La ville de Nanterre a recours a plusieurs techniques naturelles de prévention. Tout d’abord, sur les arbres où ont été repérés des cocons, elle installe des nichoirs à mésange. Cet oiseau est le prédateur par excellence des chenilles processionnaires. Autre méthode efficace, l’utilisation de deux types de pièges : les pièges à collier posés autour des troncs et reliés à un sac en plastique dans lequel les chenilles tombent ; les pièges à phéromones pour capturer les papillons mâles. Enfin, dernière technique, celle de l’échenillage. Réalisée par une entreprise spécialisée, l’opération consiste à retirer les cocons des arbres. Ces nids, faits de fils de soie, sont reconnaissables à leur couleur blanchâtre (notre photo).

À noter : le service municipal des espaces verts est à disposition pour tout conseil concernant la lutte contre les chenilles processionnaires. Tél. : 39 92