En direct

Retour

NATURE EN VILLE

Nanterre affiche sa troisième fleur

Par Sophie Bocard

emag-3e-fleur-salon-maires_442.jpg

Aussi prestigieux que convoité, le label Villes et villages fleuris à trois fleurs témoigne de l’évolution des pratiques en matière de gestion durable des espaces verts et de la biodiversité.

C’est à l’occasion du salon des maires d’Île-de-France que Nanterre s’est vu remettre, le 16 avril, la troisième fleur du label Villes et villages fleuris. Alain Wegener, Nathalie Manuel, Pascal Comparot et Sylvain Lebeau, respectivement responsables des espaces verts, de leur régie, des serres et du patrimoine arboré sont montés sur le podium (notre photo) pour recevoir le célèbre panneau à fleurs rouges qui rejoindra prochainement l’espace public.
Créé il y a soixante ans, ce label récompensait à l’origine le fleurissement. Les critères ont beaucoup évolué depuis et incluent désormais la mise en valeur du patrimoine végétal au sens large (arbres, arbustes, grimpantes, pelouses…), la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles (eau, gestion des déchets…) mais aussi le cadre de vie (réfection du bâti, enfouissement des réseaux, rues piétonnes, maintien des commerces de proximité…) et l’animation locale (actions pédagogiques, événements festifs…).
Pour obtenir les quatre fleurs, les candidats doivent d’abord se faire délivrer, l’une après l’autre, les trois premières fleurs à l’échelon régional. Chaque été, des équipes composées d’experts (élus, responsables de services espaces verts, paysagistes, pépiniéristes, professionnels du tourisme…) se rendent dans les villes candidates pour juger de la qualité des réalisations.
À Nanterre, ils ont ainsi pu visiter le centre horticole municipal qui produit chaque année de 80 à 90 000 plantes potagères, vivaces et annuelles. « Outre les progrès réalisés en matière de fleurissement, commente Alain Wegener, responsable des espaces verts, cette troisième fleur récompense le maintien de prairies naturelles en centre-ville qui découle de l’évolution de nos pratiques en matière de gestion durable des espaces verts. » Une démarche volontariste donc, portée par la municipalité et ses agents qui interviennent sur le terrain, associée au talent des Nanterriens qui contribuent à l’amélioration du « cadre de ville » en fleurissant leurs fenêtres, balcons, terrasses ou jardins.