En direct

Retour

TRANSPORTS

Les nouvelles mobilités en toute sécurité

Par Isabelle Fruchard

image-trottinette-elec.jpg

Afin de mieux protéger les piétons et les utilisateurs d’engins de déplacement personnel motorisés, le Code de la route évolue. Explications.

Trottinettes électriques, monoroues, gyropodes, hoverboards ou gyroskates, ces nouveaux modes de déplacement que l’on appelle EDP (engins de déplacement personnel) sont de plus en plus nombreux dans l’espace public. Pratiques et non polluants, ils peuvent être aussi à l’origine d’accidents. Jusqu’à présent, leur utilisation ne faisait l’objet d’aucune règlementation. Aujourd’hui, c’est chose faite. Depuis le 26 octobre, un décret définit précisément les règles à respecter pour utiliser des EDP motorisés. Les EDP non motorisés (trottinettes, rollers, skate-boards…) sont, eux, assimilés à des piétons par le Code de la route.

Pour les EDP motorisés, la première des règles est qu’en agglomération, ils ont l’obligation de circuler sur les pistes et bandes cyclables. À défaut, ils peuvent rouler sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure à 50 km/h.

Les autres règles à retenir :

  • être âgé d’au moins 12 ans ;
  • interdiction de circuler sur les trottoirs (sauf si le moteur est éteint) ;
  • vitesse limitée à 25 km/h ;
  • interdiction de transporter un passager ;
  • interdiction de porter à l’oreille des écouteurs ou tout appareil susceptible d’émettre du son.

Le port du casque n’est pas obligatoire mais fortement recommandé. De même, l’équipement de l’engin en feux avant et arrière, d’un système de freinage, d’un avertisseur sonore et de dispositifs rétro-réfléchissants sera rendu obligatoire à partir du 1er juillet 2020. En cas de non-respect de ces règles, des amendes allant de 35 à 1 500 euros sont prévues.