En direct

Retour

PETIT-NANTERRE

Le sport comme lien social

Par Guillaume Gesret

10-NI442-p10-actu-en-grand-credit-claire-macel.jpg

À l’initiative d’un habitant du Petit-Nanterre, une association propose des activités sportives chaque semaine aux sans-abris hébergés au Chapsa ainsi qu’aux résidents du Cash. Les habitants du quartier ont pu se joindre à l'un de ces rendez-vous.

« Le sport permet de créer du lien et de s’intégrer socialement », affirme Farid Berkane, ancien habitant du Petit-Nanterre qui a connu des années de galère dans sa vie. Partant de ce constat, il a imaginé des ateliers sportifs en direction des personnes en grande précarité, accueillies au Cash de Nanterre. Pour financer son projet, cet habitant a postulé à la première édition du budget participatif. « Les Nanterriens ont été nombreux à voter en faveur de l’opération baptisée “Un sport pour toit”. Par conséquent, la ville a versé 6 200 euros pour ce projet, de quoi rémunérer un éducateur qui encadre deux ateliers sportifs par semaine. » Younès Alloulin, employé par l’association Viacti qui a l’habitude d’être en contact avec des publics en difficulté à Paris, intervient le lundi soir auprès des personnes hébergées au Chapsa (centre d’hébergement et d’assistance aux personnes sans-abris) et le jeudi matin auprès des résidents du centre de réinsertion longue durée. Depuis le mois de janvier, l’éducateur initie une quinzaine d’hommes et de femmes aux exercices de renforcement musculaire et de cardio-training dans une salle de l’hôpital de Nanterre.

Le sport pour s’intégrer

Djamil, résident au Cash de 35 ans, participe aux cours du lundi. « Cela me fait du bien de faire du sport, j’oublie un peu les problèmes. Je viens régulièrement depuis deux mois, je me sens en forme. En plus, l’ambiance est très bonne, on rigole bien. » L’association Viacti, en lien avec le porteur du projet Farid Berkane, entend également associer les habitants du quartier à l’initiative. Le samedi 9 mars, elle organisait une journée sportive ouverte aux résidents du Cash et aux habitants dans le but de les rassembler pour un match de foot ou de basket dans le gymnase Léo-Lagrange. Une trentaine de Nanterriens ont répondu présent. « D’ici à la fin de l’année, nous aimerions aussi créer des passerelles vers les clubs de Nanterre qui pourraient accueillir les résidents les plus motivés », espère Younès Alloulin.