Nanterre info - AVRIL-MAI 2020 SPÉCIAL COVID-19

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

NI-Covid-p18-19-cimetiere3-credit-Calire-Macel.jpg

En chiffres

145

décès enregistrés à Nanterre entre le 15 mars et le 23 avril, contre 43 durant la même période en 2019, soit plus de trois fois plus. Ces 145 décès se répartissent ainsi : 51 à l’hôpital, 56 dans les quatre Ehpad, 25 à la clinique de la Défense, 13 à domicile.

Sans pouvoir attribuer directement ces morts au Coronavirus puisque les déclarations à l’état civil ne mentionnent pas la cause du décès en raison du secret médical, il ne fait aucun doute que l’épidémie de Covid-19 est la cause unique de cette brusque augmentation.

Retour En avant

Service public

Agents des cimetières : présents malgré les conditions extrêmes

Depuis le début de la crise sanitaire, les agents des cimetières de Nanterre doivent assurer cinq à six fois plus d’enterrements qu’habituellement.
Un surcroît d’activité qu’ils avaient pu anticiper.

Submergés : les cinq agents municipaux qui accueillent d’habitude trois à quatre convois par semaine dans les deux cimetières de la ville doivent en gérer 20 à 25 actuellement. Du jamais vu selon Richard Decreton, conservateur des cimetières de Nanterre. Afin de pouvoir accueillir les nouvelles tombes et concessions, il a fallu préparer en amont de nouveaux espaces : c’est ce qu’on appelle le plan de reprise. Un plan anticipé l’été dernier alors que s’annonçait une canicule et donc une potentielle surmortalité qui, finalement et heureusement, n’avait pas eu lieu.

Dans les cimetières franciliens débordés, Nanterre fait aujourd’hui figure d’exception en permettant l’inhumation rapide des malades du Covid-19. Exceptionnellement, des inhumations ont même pu avoir lieu les samedis et le lundi de Pâques. La période reste cependant très difficile pour les agents en première ligne face à l’afflux et à la détresse des familles endeuillées : les inhumations sont autorisées avec 20 personnes maximum seulement, ce qui est très difficile à accepter pour les proches. Et pour l’instant, les familles ne peuvent pas revenir se recueillir sur la sépulture de leur défunt, les cimetières étant fermés à toute visite. Depuis la deuxième semaine d’avril, heureusement, la mortalité amorce une baisse et les convois sont moins nombreux. Mais les agents restent mobilisés.

Pour toute information :

une permanence téléphonique est mise en place, 7j/7 de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, au 01 41 37 02 31.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même