En direct

Retour

Santé

Le renouveau est en marche

Par Olivier Ruiz

NI465-p6-hopital-credit-Claire-Macel.jpg

Les projets et les bonnes nouvelles se succèdent pour l’hôpital de Nanterre, démontrant – une fois encore – le bien-fondé de la mobilisation populaire qui a permis de le sauver.

En 2017, le Parlement confiait la présidence du conseil d’administration de l’hôpital de Nanterre au maire de la ville après des années de bataille pour sa sauvegarde. Menacé de fermeture durant dix ans par les autorités sanitaires, c’est désormais un projet de développement qui est en marche. Ainsi, lors de la dernière séance du conseil d’administration en juin, il a été confirmé le maintien du service de cardiologie. La pneumologie, quant à elle, fera son retour avec la création de 17 lits et l’ouverture d’une consultation spécialisée en début d’année prochaine. La diabétologie sera en outre renforcée. Dans le cadre du projet d’avenir, la construction d’un nouveau bâtiment pour accueillir des unités psychiatriques est également lancée. Pour la première fois depuis longtemps, expliquait le président de la communauté médicale d’établissement, « le CASH de Nanterre se découvre un avenir et le destin d’un hôpital du XXIe siècle ». Le maire, Patrick Jarry, reste vigilant mais avouait avoir « le sourire pour Nanterre et pour ses habitants ».

Un établissement de santé unique dans le nord des Hauts-de-Seine
Lancé en 2018, le projet stratégique, médical et immobilier doit mener, à l’horizon 2023, à un établissement de santé unique dans le nord des Hauts-de-Seine. Il rapprochera le Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) et l’établissement public de santé Roger-Prévot dans un groupement. Trois objectifs majeurs sont poursuivis pour les habitants : rapprocher les lieux d’hospitalisation des patients aujourd’hui accueillis à Moisselles (Val d’Oise) dans des lieux modernes et adaptés à leurs besoins ; améliorer leur accès aux soins somatiques grâce aux services de court séjour ; et bien sûr consolider l’ensemble des activités de médecine, d’obstétrique, de soins critiques, de santé publique et de gériatrie portées par le CASH de Nanterre-hôpital Max-Fourestier.