En direct

Retour

PARC SUD

Le jardin de l’Arlequin reprend des couleurs

Par Guillaume Gesret

jardin-arlequin_2019.jpg

Depuis quelques jours, une dizaine de jeunes inscrits dans un chantier d’insertion redonnent vie au jardin de l’Arlequin, au pied des tours Aillaud. Les habitants saluent cette initiative.

« Nous avons découvert, en retirant la broussaille, que du romarin poussait ici », raconte Philippe Gaternich, l’un des éducateurs du club de prévention Les 4 Chemins, aux mamans du quartier, qui ouvrent des yeux ronds. Depuis le début du mois, un chantier d’insertion met à contribution une dizaine de jeunes du quartier qui nettoient, débroussaillent et redessinent les contours du jardin de l’Arlequin. Une habitante fait le tour de cet espace vert sur lequel donnent ses fenêtres et s’étonne de voir un oranger du Mexique et un rosier du Japon. « Depuis plusieurs années, ce jardin était complètement laissé à l’abandon. C’était la forêt vierge, le jardin était devenu sale, je n’osais plus le traverser car les rats y circulaient. »

« Les garçons sont courageux »
Parmi les jeunes qui s’initient au métier de jardinier, Djagée, 19 ans, nous confie sa satisfaction de contribuer à donner une meilleure image au quartier. « Je vois que les mamans et les enfants sont contents. Quelque part, je me sens utile. » L’éducateur des 4 Chemins, qui encadre le groupe, rappelle que cette expérience est une façon d’insérer des jeunes éloignés du marché de l’emploi. « La plupart d’entre eux découvrent la réalité du travail dans un tel chantier d’insertion. Ils doivent respecter les horaires, apprendre à travailler en équipe et se retrousser les manches, même s’il pleut ou si les températures chutent », souligne Franco Lollia. Lors d’une rencontre organisée ce samedi après-midi entre les habitants et les jeunes autour d’un bon thé à la menthe, plusieurs locataires des tours Aillaud ont chaleureusement félicité le groupe. « Les garçons sont courageux, nous dit Loubna Benazzi, la directrice de l’association Authenti-cité. Ils travaillent dur pour que ce jardin soit à nouveau un lieu de vie, une belle vitrine donnant sur l’avenue Picasso. »

Une rénovation en phase avec les attentes des habitants
Ce jour-là, trois urbanistes paysagistes de l’entreprise Coloco, en charge du volet espaces publics de la rénovation du secteur Aillaud, étaient présents. La société soutient financièrement le chantier d’insertion, qui se poursuit jusqu’à la mi-décembre. « Nous faisons coup double en proposant un parcours d’insertion à des jeunes qui, à travers ce chantier, contribuent à valoriser les espaces publics de leur quartier », explique Nicolas Bonnenfant, architecte, cofondateur de Coloco. Il ajoute que ses équipes sont là aussi pour identifier les attentes des locataires avant de redessiner les espaces publics. Les habitants ont fait part de leurs souhaits : « Je verrais bien des bancs » ; « On pourrait faire pousser des fleurs en créant un jardin partagé ». Les paysagistes notent les propositions des habitants et promettent de revenir régulièrement vers eux dans les prochains mois.