Nanterre info - AVRIL-MAI 2020 SPÉCIAL COVID-19

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

NI-Covid-p7-ehpad-credit-Claire-Macel.jpg Dépistage du Covid-19 auprès des résidents de la maison de retraite protestante, le mardi 21 avril.
Retour En avant

La santé

Des Ehpad sous haute tension

Touchés de plein fouet par l’épidémie de Coronavirus, les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées et dépendantes) vivent une situation dramatique.

Manque d’équipements pour le personnel, contaminations, isolement des personnes âgées..., la situation dans les Ehpad est particulièrement tendue. Et Nanterre n’y échappe pas. Avec 95 résidents, la Chamade déplore quatre décès liés au Covid-19. Selon Delphine Brard, responsable de la communication de Vie active, l’association qui gère l’établissement : « Nous sommes sous-dotés par l’État. Par chance, un Esat [établissement de service d’aide par le travail qui emploie des personnes en situation de handicap], nous a cousu des masques chirurgicaux et le CCAS de la ville nous a donné des sur-blouses. Heureusement qu’il y a cette solidarité. Nous avons plusieurs salariés en arrêt maladie. Mais nous avons pu recruter rapidement des remplaçants grâce à une plateforme récemment mise en place par l’ARS [agence régionale de santé]. » À la maison de retraite protestante, on approuve aussi les mesures prises par l’ARS pour faciliter le travail des soignants, comme la mise à disposition de logements à Colombes et des bons taxis. Pour l’Ehpad de l’hôpital, la situation médicale des 113 pensionnaires est meilleure. Confinés dès le début, ils sont surveillés quotidiennement et ont pu, ainsi que le personnel, subir un dépistage. Sept cas ont été identifiés, permettant à tous d’adopter les mesures de protection nécessaires. Aux problèmes médicaux, se sont ajoutées les mesures strictes de confinement dans leurs chambres et l’interdiction des visites. Les résidents ont souffert d’un isolement difficile à supporter. Mais depuis le 20 avril, les visites sont de nouveau autorisées. Même si elles sont restreintes, elles apportent beaucoup. À la maison de retraite protestante, déjeuners et goûters s’organisent dans le jardin quand la météo le permet. À la Chamade, une psychomotricienne passe dans les chambres, on propose des séances de manucure et une psychologue peut apporter son aide aux résidents, comme à leur famille. Les nouveaux moyens de communication ont été adoptés bon gré mal gré par les anciens. Des tablettes offertes ont permis de garder un lien. « Mais ça reste une situation très dure pour les personnes âgées, comme pour les familles », estime Delphine Brard.

La ville est en contact permanent pour apporter son aide aux quatre établissements. L’hôpital a organisé un réseau gériatrique pour épauler les médecins des Ehpad et des infirmiers libéraux assurent des astreintes de nuit.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même