Nanterre info - AVRIL-MAI 2020 SPÉCIAL COVID-19

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

NI-Covid-p8-masques-credit-Claire-Macel.jpg

Derrière les masques…

Trois jours à peine après le début du confinement et pour contrer la pénurie, la fabrication solidaire de masques s’est organisée à Nanterre.

Le coup d’envoi a été donné par la création d’un groupe sur Facebook par trois couturières de la ville. Baptisé l’Atelier du possible, ce réseau a tout de suite pris les choses au sérieux en suivant le patron mis à disposition par l’hôpital de Grenoble. En moins d’une semaine, ce sont 80 volontaires qui se sont mis derrière leur machine à coudre. Une des premières à rejoindre le mouvement, Chantal Peter coud 20 masques dans l’après-midi. Pour elle,
« c’est une très bonne idée de se rendre utile. J’utilise de vieilles serviettes en microfibres pour la couche molletonnée. » La Ressourcerie de Nanterre a fourni des tissus, des élastiques, fils et rubans. Le centre social P’arc-en-ciel a mis à disposition ses machines à coudre. 150 masques ont d’abord été livrés au personnel non soignant de l’hôpital, puis aux caissières du supermarché Leclerc. Le réseau a grossi et il est aujourd’hui capable, en quelques jours, de coudre les 20 000 commandés

Retour En avant

La santé

120 000 masques pour les Nanterriens

Dans les jours qui viennent, avant le début du déconfinement progressif, la ville va distribuer des masques dans tous les foyers. Les modalités restent à préciser.

Il y aura des masques pour tous les Nanterriens. 120 000 pour être précis, largement de quoi doter les quelque 95 000 Nanterriens. Ils seront en tissu, lavables et réutilisables, et répondront aux normes Afnor. Dans un premier temps, deux masques accompagnés d’un mode d’emploi seront envoyés dans la boîte aux lettres de chaque domicile. Certes, ce mode de distribution n’est pas parfait, mais la ville continue de travailler à toutes les solutions possibles pour tenir compte des compositions familiales très diverses, des célibataires aux familles nombreuses, et de toutes les situations : dotations aux Ehpad, aux résidences étudiantes, aux foyers de travailleurs, aux gardiens d’immeuble… Tout est envisagé pour protéger l’ensemble des habitants. Dès que ces modalités complémentaires seront décidées, elles seront communiquées à l’ensemble de la population.

20 000 masques locaux

Dès le 20 mars (voir ci-dessous), l’Atelier du possible avait réuni 80 personnes pour réaliser des masques, notamment pour les personnels non soignants de l’hôpital. Dès que l’Académie de médecine a rendu un avis favorable au port de ce type de masques par le grand public, la ville a pris contact avec ce réseau de couturières et couturiers pour envisager une fabrication plus large. En concertation, ce sont donc 20 000 masques en tissu, de fabrication 100 % française, qui seront cousus localement pour les Nanterriens – et avec une rémunération au juste prix pour les couturières et couturiers. Un premier pas, mais insuffisant pour l’ensemble des habitants. Donc, parallèlement, avec les dix autres communes de Paris Ouest La Défense (Pold), 600 000 autres masques ont été commandés, dont 100 000 seront livrés à Nanterre. Au total, 120 000 masques sont bien en cours de livraison au moment où nous mettons le Nanterre info sous presse. C’est donc via le site internet (www.nanterre.fr) et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) que vous serez informés des modes de distribution complémentaires qui auront été choisis.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même