Nanterre info - 446 : Septembre 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

20-momeaillaud4.jpg

Petite bio

1990

Naissance de l’association Les amis de môme Aillaud

2009

Retraitée, Claire Bordais entre à l’association

10 ANS

Au service des écoliers du Parc sud

Retour En avant

Portrait

Claire Bordais aux côtés des mômes Aillaud

Elle a aidé nombre d’enfants dans leur apprentissage scolaire, stimulé leur réflexion, encouragé leur expression orale… après dix années passées aux cotés des amis de môme Aillaud, Claire Bordais tire sa révérence. Rencontre avec une bénévole d’exception.

Sa spécialité, c’est plutôt les CE2 et les CM1. « Parce que ce sont des années charnières pour une bonne entrée en 6e, explique-t-elle. Lire, écrire et compter : c’est essentiel de consolider ces bases, sinon l’entrée au collège peut s’avérer catastrophique. » Nul doute que la patience, la persévérance et la douceur de Claire Bordais ont contribué à la réussite scolaire de nombreux enfants du Parc sud. Année après année, pendant dix ans, cette habitante de la résidence Central-Parc au Parc nord a expliqué les règles de calcul, corrigé les fautes d’orthographe, écouté les leçons et surtout beaucoup ri avec les jeunes adhérents de l’association Les Amis de Môme Aillaud. « Je me souviens d’une petite fille qui s’exclamait : "Claire, ce n’est pas la fin du monde si je ne connais pas mes tables de multiplication !" Chaque bénévole développe sa propre façon de faire avec les enfants en fonction de sa personnalité. Moi, je partais des devoirs pour les inviter à parler, stimuler leur réflexion ou chercher un mot dans le dictionnaire. Ils aiment raconter leurs vacances et toutes sortes d’histoires car ils ont une imagination débordante. » Lorsque l’excitation prenait le dessus ou que la démotivation guettait, Claire avait un argument simple et imparable pour ramener le calme : « Je leur disais que j’étais là parce que j’avais envie qu’ils progressent mais que je pouvais aussi m’en aller… » Mais la plupart du temps, les enfants encouragés par leurs parents ont plaisir à se rendre dans les locaux du 151 avenue Pablo-Picasso et ont même du mal à les quitter. D’ailleurs depuis deux ans, l’association fondée en 1990 par Jean-Pierre Bardeau accueille aussi les collégiens et les lycéens, dont certains sont des fidèles depuis l’école primaire. Un succès qui oblige parfois à différer d’un an ou deux l’accueil des frères et sœurs et des autres nouveaux venus afin de préserver de bonnes conditions d’accueil. « C’est aussi lié au bon esprit général à la fois sérieux et joyeux, et à la qualité des intervenants dont certains sont très bons en maths, estime Claire qui a « recruté » elle-même plusieurs bénévoles dans son immeuble.

Agir contre la ségrégation sociale

Lorsqu’elle prend sa retraite, c’est tout naturellement que cette ancienne directrice adjointe de la Fédération nationale des gîtes de France se tourne vers l’accompagnement scolaire. « Depuis mon enfance, je suis sensible à la ségrégation sociale. Je vivais en Anjou et je ressentais la différence entre les filles de la ville et celles de la campagne. Moi, j’avais un pied dans chaque culture avec des grands-parents viticulteurs et des parents propriétaires d’une usine de chaussures dans le bourg. Plus tard, mon travail a consisté aussi à rapprocher les gens de la ville et de la campagne. » Aujourd’hui, après une décennie d’investissement régulier auprès des enfants des écoles Maxime-Gorki, Elsa-Triolet et Jacques-Decour, et la responsabilité du poste de secrétaire de l’association, Claire a décidé de tourner la page des Mômes Aillaud. « Dix ans, c’est déjà beaucoup. J’ai besoin d’un temps de réflexion avant de m’engager à nouveau », confie-t-elle. Dans le petit patio inondé de soleil de son appartement, mimosa, clématite, glycine et fuchsia attestent de son goût prononcé pour le jardinage. Les tableaux sur les murs témoignent de son talent pour la peinture. Une chose est sûre : la présence de Claire manquera un peu aux Amis de Môme Aillaud en ce début d’année scolaire. « C’était quelqu’un d’important dans l’association, témoigne Cloé Rainelli, l’une des trois salariées. Elle était très impliquée et régulière, y compris dans son rôle de secrétaire. Les enfants l’aimaient bien et elle cherchait toujours à instaurer le dialogue avec les familles. »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même