En direct

Retour

ASSOCIATION

Ils aiment leur GEM !

Par Isabelle Fruchard

image-gem-cdi.jpg

Les personnes souffrant de troubles liés à une lésion cérébrale peuvent se retrouver et s’épanouir au sein du GEM sur Seine. Ce groupe d’entraide mutuelle propose toutes sortes d’activités et avant tout un lien social très précieux.

« Ce que j’apprécie ici au GEM, c’est surtout de discuter avec les gens et de faire des rencontres. Je ne viens qu’une fois par semaine, parce que le reste du temps, j’ai ma rééducation qui me fatigue beaucoup. » Wassim, 24 ans, est infirme moteur cérébral, en fauteuil roulant. Cet après-midi, à la salle paroissiale de la rue André-Doucet dans le quartier du Chemin-de-l’Île, il s’est lancé dans une recherche internet sur la ville de Toronto et l’automne au Canada. À côté de lui, les autres adhérents sont absorbés par la fabrication de décorations en mosaïque. El Yacout, qui est aphasique, colle délicatement les petits carrés de couleur sur les arabesques qu’elle a tracées au crayon, avec l’aide de Christiane, une bénévole. Près d’elle, Zouhra tente de motiver Cyrille, son fils de 24 ans au regard rieur, et qui a surtout envie de blaguer avec les autres. Guillaume, 47 ans, s’apprête à recouvrir la branche d’olivier qu’il a dessiné sur le fonds de son plateau. Ce passionné de dessin et de peinture n’hésite pas à marcher trente minutes chaque matin pour rallier le GEM : « J’ai eu un accident de ski à 11 ans et demi qui m’a rendu hémiplégique et aphasique. J’ai quand même pu suivre des études et travailler, mais j’ai été licencié et cela a encore aggravé mes troubles. Grâce au GEM et à la persévérance de Laure, j’ai pu développer mon don pour le dessin. »

Sortir de l’isolement
Laure est la coordinatrice du lieu. Une présence essentielle pour écouter les uns et les autres et animer les journées en fonction des désirs de chacun. Chaque mois, elle élabore un planning avec des rendez-vous réguliers, comme l’atelier poterie à Félicéram dans le centre-ville ou le théâtre avec Floriane, et d’autres inédits. « Notre objectif est de sortir les personnes de l’isolement et de les ouvrir sur la vie de cité, résume-t-elle. Mais il n’y a aucune obligation de faire les activités, et certains ont plus envie de parler. C’est d’abord et avant tout leur lieu. » Il existe 13 GEM pour personnes traumatisées crâniennes et cérébro-lésées en Île de-France, qui sont autant d’associations autonomes parrainées par l’AFTC (Association de familles de traumatisés crâniens). Ouvert début 2019, le GEM sur Seine accueille aujourd’hui 12 personnes adultes. Il devrait déménager en janvier prochain dans le secteur Berthelot, où il partagera avec deux autres associations, le CCFD et Ressources, un vaste espace de 90 m2 qui va être aménagé sous l’église Saint-Paul.

GEM sur Seine : 54, rue André-Doucet.
Tél. : 07 69 26 86 25. contact.gemnanterre@gmail.com Adhésion annuelle : 25 euros

Il existe un autre GEM à Nanterre qui accueille les adultes en situation de handicap psychique : GEM Le bon accueil au 10, rue Jean-Baptiste Lebon. Tél. : 09 84 12 27 36.
Lire « GEM, la pause bienfaisante »