En direct

Retour

Bilan de mi-mandat

Explorons le quartier République

Par Sophie Bocard

visiterepublique_427.jpg

Après les quartiers du Centre et de l’Université, le quartier République était à l’honneur le vendredi 10 novembre dans le cadre des visites du bilan de mi-mandat.

A l’occasion du bilan de mi-mandat, la municipalité propose des visites, quartier par quartier, pour constater l’état d’avancement des projets, évoquer ce qu’il reste à accomplir et discuter des freins rencontrés. Au programme du troisième rendez-vous, une déambulation dans les rues du quartier République en présence de Patrick Jarry, maire de Nanterre, et d’élus de la majorité.


Désenclavement

Depuis le cours Nicole-Dreyfus, point de départ de la visite, les participants ont pu constater les avancées liées aux livraisons successives de la nouvelle gare Nanterre-Université et du viaduc : désenclavement du secteur et amélioration de la desserte en transports en commun, le tout complété par la création d’une consigne à vélos baptisée Véligo. Si le passage du tramway T1 n’est pas prévu avant 2025, une station Vélib’ sera créée à proximité de la gare avant la fin du mandat. Le nouveau bâtiment de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), à la fois lieu de conservation, d’exposition et de formation, sera alors sorti de terre.


Mixité sociale

Le groupe se dirige ensuite vers le secteur d’habitation Anatole-France où un projet urbain est à l’étude pour favoriser la mixité sociale. Le scénario envisage la réhabilitation de trois barres d’habitation et la démolition partielle de l’une d’entre elles – les résidents seront bien évidemment relogés –, l’édification de nouvelles constructions et la requalification des espaces publics. « Chaque quartier mérite notre attention, insiste Patrick Jarry. Nous ne voulons pas d’une ville à deux vitesses. » Rue Anatole-France, plusieurs projets se sont d’ores et déjà concrétisés : l’opération de logements Les Voiles blanches (logement social, en accession encadrée à la propriété et pour étudiants) et l’installation de l’école des métiers du numérique Ynov qui propose des formations de bac+2 à bac+5. « Des projets de partenariat avec les établissements voisins sont en cours d’élaboration, précise le maire. Il faut que la présence de cette école profite au quartier ! »


Dynamisme économique

La visite se poursuit à bord d’un autocar aux couleurs de la ville. Direction le secteur Hoche. Le véhicule longe le site des anciennes Papeteries de Seine, fermé depuis 2011 et racheté en 2015 par le groupe BNP-Woodeum. La réalisation d’une nouvelle zone économique permettra de poursuivre l’ouverture de Nanterre sur la Seine, d’étendre le parc du Chemin-de-l’Ile, de réaménager le pont Anatole-France et de requalifier l’avenue de la Commune-de-Paris en boulevard urbain.
Au niveau de l’échangeur des autoroutes A14 et A86, la ville a obtenu, grâce à la mobilisation de nombreux Nanterriens, l’enfouissement de la bretelle B5, le repositionnement de la bretelle de sortie provisoire B6 qui débouchera sur l’avenue de la Commune-de-Paris et non plus au cœur de l’éco-quartier et une protection acoustique complémentaire. D’un montant de 66 millions d’euros, les travaux seront cofinancés par le conseil départemental des Hauts-de-Seine, la région Ile-de-France, l’Epadesa et la ville de Nanterre.


Mixité des usages

Sur le pont Hoche, où le groupe reprend le cours piéton de sa visite, Rachid Tayeb, adjoint au maire en charge du développement économique, fait un point sur l’implantation de nouveaux commerces en pied d’immeubles : une épicerie côté Rouget-de-Lisle ; un coiffeur, un boulanger et une supérette côté Hoche, sans oublier l’antenne du centre social et culturel les Acacias. « Nous souhaitons que les locaux encore disponibles puissent accueillir un pôle médical », précise l’élu en franchissant les grilles du nouveau parc public Hoche.
Construit au-dessus de l’A86 et inauguré en mai dernier, il propose toute une palette d’activités de loisirs avec un skatepark de 900m² – le plus grand d’Ile-de-France –, des terrains de pétanque, des tables de ping-pong, des espaces de jeux pour les enfants et de vastes pelouses. « Ce parc est à la fois un lieu de détente pour les familles et un site de pratique sportive où des compétitions sont organisées », commente Rosy Stanislas, adjointe au maire chargée du sport.


Emplois diversifiés

C’est en empruntant la rue des Grands-Buissons que le groupe rejoint sa destination finale, le site de l’ancienne usine du Docteur Pierre, rebaptisé Le Château de Nanterre. Ghislaine Quilin, conseillère municipale déléguée aux personnes âgées, signale au passage l’installation de trois associations caritatives et d’une association d’insertion par l’emploi en lieu et place du centre local d'information et de coordination gérontologique (Clic), récemment relocalisé à l’hôtel de ville. Sur le site du Docteur Pierre, le bâtiment historique a été entièrement rénové et transformé en laboratoire de la transition alimentaire et de l’innovation sociale. L’opération comprend également un bâtiment de 127 logements (dont 49 logements sociaux), un immeuble de bureaux, un parking, un commerce et de nouveaux espaces publics. Pour Patrick Jarry, l’opération est exemplaire « et nous continuerons à agir de la sorte à chaque fois que la préservation d’un bâtiment permettra d’accueillir des entreprises innovantes et de diversifier l’offre d’emplois à Nanterre. »
Christine Bourcet, conseillère municipale en charge du conseil de quartier, rappelle pour sa part que la réflexion en cours sur le square du Docteur-Pierre s’inscrit dans le cadre de la mise en place du budget participatif – une enveloppe de 50 000 euros – qui sera alloué au quartier à partir de 2018.
La visite se termine devant un savoureux buffet préparé par l’équipe du restaurant Foodentropie, l’une des enseignes du Château de Nanterre.