En direct

Retour

Revendication

Rendez-vous le 10 novembre pour agir contre la crise du logement

Par Olivier Ruiz

NI467-p5-image-leader-credit-Claire-Macel.jpg

À l’appel de maires, dont celui de Nanterre, Patrick Jarry, et de près de cent élus municipaux de la métropole du Grand Paris, un rassemblement est prévu devant le ministère du Logement, à Paris.

Le nombre de demandeurs de logements sociaux atteint des records – 1,7 million de Franciliens – tout comme celui des mal-logés. Dans le même temps, la construction de logements, et en particulier celle de logements sociaux, s’effondre. Cette situation est insupportable. L’attente moyenne pour avoir un logement social est de dix ans dans la métropole du Grand Paris, des années à vivre dans des logements trop petits ou insalubres pour des familles entières, des jeunes qui ont fait leur première demande, des femmes victimes de violences… Une preuve en chiffres : il y a eu 720 000 demandes de logement social pour 75 000 attributions en 2018 ; un chiffre passé à 740 000 en 2020 pour des attributions tombées à 62 000. Les lois votées ces dix dernières années ont aggravé cette situation. Ponctionnés par l’État, les bailleurs sociaux rencontrent des difficultés financières pour rénover et entretenir leur patrimoine et pour construire. C’est pourquoi des maires et des élus municipaux dans la métropole du Grand Paris alertent « sur l’aggravation prévisible de la crise du logement si des mesures correctives ne sont pas prises. Le risque est grand, expliquent-ils, que les couches moyennes et populaires ne puissent plus se loger dans l’aire métropolitaine. » Ils estiment que « l’enjeu est une juste répartition des logements dont les habitants ont besoin. Seule une réelle solidarité entre communes permettra la fin du débat stérile qui oppose la construction de logements à la qualité du cadre de vie. » Pour se faire entendre, en lien avec des organisations de locataires et des bailleurs, les maires appellent à un grand rassemblement populaire devant le ministère du Logement, le mercredi 10 novembre, à 18h. Les principales revendications portent sur : l’augmentation de l’aide à la pierre pour faire baisser les loyers des logements neufs ; l’obligation de construire 30 % de logements sociaux dans toutes les nouvelles opérations immobilières ; l’encadrement des loyers du privé ; le relèvement des plafonds financiers pour accéder aux HLM afin d’y favoriser la mixité ; une loi pour mettre fin à la spéculation foncière ou encore un référendum pour décider de la municipalisation des logements de groupes privés qui en possèdent plus de 3 000, comme cela a été fait à Berlin ; et bien sûr la réquisition de bureaux et de logements vides pour les affecter au logement social. L’orientation des aides vers des constructions avec des matériaux bio-sourcés, l’augmentation des taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires dans les zones denses et le rétablissement de l’aide aux maires bâtisseurs pour compenser le renoncement à la taxe foncière sur les logements sociaux seront également portés à l’attention de la ministre du Logement.

Le jeudi 21 octobre, le maire de Nanterre, Patrick Jarry (au micro), a tenu une conférence de presse, aux côtés de la maire de Malakoff , Jacqueline Belhomme, et du président du Grand-Orly Seine Bièvre, Michel Leprêtre.