En direct

Retour

CULTURE

En avant la musique !

Par Isabelle Fruchard

chorale07mg.jpg

Chansons traditionnelles de pays lointains, composition rock et rap originale : les élèves de Balzac et Hugo aiment la musique et se lancent sur scène.

C’est à un petit tour du monde en musique que les enfants de l’école Honoré-de-Balzac et du collège Victor-Hugo ont convié leurs proches vendredi 14 juin. Dans la salle des congrès, parents, frères et sœurs, professeurs, élus municipaux sont venus en nombre applaudir les jeunes musiciens. Sur la scène, une quarantaine d’élèves de CM2 et 6e entonnent Zomina, un chant traditionnel congolais avant de se lancer dans Tek, tek, tek, une chanson tout droit venue du Liban. Agenouillés sur le devant de la scène, quelques élèves accompagnent les chanteurs au djembé, au xylophone et au boomwhacker, des tubes de couleurs à note unique. C’est ensuite la douce mélodie japonaise Sakura qui charmera l’auditoire, puis la berceuse créole, Le ti’moun an mwen, le chant swazi du sud de l’Afrique, Selinguenia repris en canon et El cafe, un tango argentin. Au total, une petite prouesse musicale et vocale en six langues différentes !

Créée au début de l’année, la chorale inter-degré Hugo-Balzac est animée par le professeur d’éducation musicale du collège, Frédéric Pfalzgraf : « L’objectif est de rapprocher les élèves du cycle 3 de CM2 et 6e dans une activité commune, le chant, et de leur rendre accessible la pratique d’un instrument. Les élèves de CM2 ont répété en classe avec leur professeur, et nous avons organisé des séances communes avec les collégiens. Certains n’ont pas pu se produire le 14 juin mais ils chanteront à la fête de l’école le 22 juin. » Le projet a pris une tournure plus rock et rap avec les élèves de 5e, 4e et 3e qui ont conçu la deuxième partie du concert avec l’aide de musiciens professionnels de l’association les Z’uluberlus (1). Les plus grands ont écrit les textes dans le cadre de deux ateliers d’écriture, les seconds ont fabriqué les affichettes et les flyers avec leur professeur d’arts plastiques, et les plus jeunes ont appris les rudiments de la guitare, de la basse et des percussions. « Les élèves étaient tous très motivés et le concert a été une réussite. Ils ont une grande facilité pour mémoriser les textes et la musique et ils ont donné ce petit plus de concentration inhérent à tout spectacle, se réjouit Frédéric Pfalzgraf. C’est prometteur pour l’année prochaine, et je pense que l’on recommencera avec peut-être plus de monde. »

(1) Cette deuxième partie entrait dans le cadre d’un projet artistique et culturel en territoire éducatif (Pacte)
et a obtenu un financement supplémentaire de la délégation académique aux arts et à la culture (DAAC).