Nanterre info - 461 : Avril 2021

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

NI461-p22-culure-grande-image-credit-Gilles-Le-Mao.jpg

La résistance par le jazz

En résidence à Nanterre depuis deux ans, Naïssam Jalal vient de sortir avec son quintet un nouveau double album, Un autre monde, encensé par la critique. La compositrice et flûtiste de 37 ans y marie jazz et musique savante, musiques orientales et européennes. Franco-syrienne, elle exprime régulièrement sa solidarité avec le peuple syrien qui endure la dictature de Bachar Al-Assad. Elle a signé récemment la musique du documentaire de Manon Loizeau : Syrie, le cri étouffé. Dans le morceau qui a fait l’objet d’une captation à Nanterre, elle joue au côté du rappeur Osloob qui raconte l’histoire d’une femme meurtrie par la guerre. « Les témoignages rapportent les viols en Syrie, le corps des femmes est un terrain de guerre », insiste-t-elle.

Retour En avant

Culture

Les clips se tournent à Nanterre

À défaut de pouvoir présenter des spectacles, La Maison de la Musique et la Maison Daniel-Fery reçoivent des artistes qui profitent des lieux pour le tournage de leurs clips.

Ces derniers mois, les équipes des espaces culturels de Nanterre travaillent dans l’ombre. Elles consacrent beaucoup d’énergie à l’accompagnement de comédiens, de danseurs et de musiciens. Ces artistes bénéficient de temps de résidence pour répéter dans les studios de Daniel-Féry et pour créer les spectacles que l’on a hâte de découvrir lors la levée des restrictions sanitaires, tant attendue… Les techniciens et les programmateurs donnent également accès aux plateaux des Maisons de la musique et Daniel-Féry pour le tournage de clips. Ainsi, le rappeur Danny Bassa, habitué des Open Mics et vu récemment en première partie de Daara J à Nanterre, a fait appel au réalisateur NFD. Ce dernier a posé des fonds verts aux quatre coins de la salle de concert pour réaliser le clip du morceau Bloom Like a Flower. « C’est une chance d’avoir un lieu comme Daniel-Féry, gratuitement qui plus est, rapporte Danny Bassa. Les techniciens de la ville nous ont aidés pour les lumières et le son, et le personnel nous a donné accès aux vestiaires pour le maquillage. Les conditions étaient vraiment bonnes pour tourner durant cette journée de janvier. » La sortie prochaine du premier album du rappeur de 25 ans donnera lieu à la révélation du clip.
Deux autres artistes ont tourné dans ce même lieu dernièrement : Cosmic Batwota, rappeur lui aussi, et la chanteuse de jazz Fanelly. Le premier a déjà publié la vidéo sur les réseaux sociaux tandis que la seconde a utilisé ce support vidéo pour promouvoir son premier album, Metro Stories, sorti en mars. « Je ne remercierai jamais assez l’équipe de Daniel-Féry qui m’a permis de tourner un clip dont un extrait a été diffusé depuis dans une émission sur France 2. »
À la Maison de la musique, c’est la flûtiste Naïssam Jalal qui a eu le privilège de tourner sur le plateau de la grande salle. Cette artiste franco-syrienne a demandé au réalisateur Gilles Le Mao de « capter » le morceau conçu avec le rappeur palestinien Osloob : un morceau qui célèbre les dix ans du soulèvement populaire en Syrie contre la dictature de Bachar Al-Assad. Une quinzaine de personnes ont été mobilisées le 2 mars pour ce clip mis en ligne sur la page YouTube de Naïssam Jalal. « Dans le contexte de la Covid, nous ne pouvons pas manifester dans les rues pour clamer notre soutien au peuple syrien. Grâce à l’accueil bienveillant de l’équipe de la Maison de la musique, nous avons pu réaliser cette captation qui, je l’espère, contribuera à soutenir la population restée dans ce pays en ruine. »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même