Nanterre info - 441 : Mars 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

culture-fukushima-credit-Asuka.jpg Kyoko Kugawa-Albu
Retour En avant

Culture

Au nom des victimes de Fukushima

Pour évoquer la catastrophe nucléaire et ses conséquences, l’association franco-japonaise Asuka met en scène des poupées traditionnelles.

De jolies figurines japonaises pour raconter Fukushima. Huit ans après la catastrophe nucléaire du 11 mars 2011, l’association Asuka organise comme chaque année un évènement commémoratif sous la houlette de sa fondatrice Kyoko Kugawa-Albu. « La plupart des familles japonaises possèdent des poupées traditionnelles symbolisant la place de la femme dans le foyer. Elles sont exposées sur un autel début mars à l’occasion de la fête des filles et pour annoncer le printemps, explique Kyoko. Au Japon, le projet “Fukuyose-bina” tente de donner une deuxième vie à ces poupées et de les sortir de leur rôle conventionnel. On nous en a confié 60 qui seront exposées et porteuses de messages liés à Fukushima. »
L’exposition sera accompagnée du témoignage de deux femmes qui ont dû quitter avec leur famille la région de Fukushima où elles habitaient. Le public pourra également échanger avec Yûya Kamoshita, professeur d’écologie qui s’est lancé dans une longue bataille judiciaire contre l’État japonais et Tepco, l’exploitant de la centrale nucléaire. Deux autres moments forts marqueront cette commémoration : un théâtre de papier accompagné d’une harpe contera le destin des vaches de Namie, ville dévastée par la catastrophe, et un concert du groupe de tambours japonais, Paris taiko ensemble, apportera de la chaleur à ce triste anniversaire.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même