Nanterre info - 433 : Juin 2018

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

FestivalP.jpg
Retour En avant

Parade(s), festival des arts de la rue

Spectateurs dans l’arène

La compagnie Annibal et ses éléphants revient au festival Parade(s) avec sa toute dernière création. Au cours de ce spectacle, le public sera appelé à descendre dans l’arène pour défier les pronostics des sondages.

« De la cruauté et du rire », voilà la promesse de la compagnie Annibal et ses éléphants. La création intitulée Le grand cirque des sondages sera présentée pour la première fois dans un festival, les 2 et 3 juin. « Nous sommes très contents de dévoiler notre création à Nanterre. Parade(s) est un chouette festival, c’est la cinquième fois que nous y sommes invités », se réjouit Frédéric Fort, un des comédiens de la compagnie.
Ce nouveau spectacle se joue dans une arène à 360° qui rappelle l’imagerie romaine. Le grand cirque des sondages s’attaque frontalement aux chiffres qui caractérisent notre société. « Une statistique comme 1 % des Français sont aussi riches que les 99 autres ne nous laisse pas insensibles et nous a donné envie de traiter des sondages », nous explique Frédéric Fort.
La compagnie met donc en scène plusieurs statistiques édifiantes au travers de courses, de lâchers de fauves et de combats burlesques sur le modèle des jeux du cirque romains. Comme à leur habitude, les comédiens d’Annibal et ses éléphants feront appel au public qui descendra dans l’arène au cours du spectacle pour relever des défis. Les spectateurs incarneront tour à tour le rôle d’une ménagère de moins de 50 ans, d’un premier de la classe, d’une femme battue, d’un immigré de la deuxième génération, d’un homosexuel ou encore d’un handicapé…
« Aujourd’hui, quand nous regardons les études statistiques, nous constatons qu’il ne faut pas se trouver dans la mauvaise part du camembert, ironise Frédéric Fort. Notre création dénonce les injustices qui pèsent tout au long de notre vie : de la réussite scolaire à l’espérance de vie, en passant par le travail, l’amour, la retraite… » Si le fond est sérieux, la compagnie ne se prive pas de donner dans le festif. « Je rassure tout le monde, le spectacle sera drôle, du moins nous l’avons imaginé ainsi », glisse Frédéric Fort. Le spectacle s’inscrit quelque part dans la tradition du jeu du bouffon en allant, avec le sourire, là où ça fait mal !

Le grand cirque des sondages
Samedi 2 et dimanche 3 juin, à 15h45, au 21, rue Thomas-Lemaître.


Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même