Nanterre info - 433 : Juin 2018

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

TeryaCircus.jpg Terya Circus ©Sigrid Spinnox
Retour En avant

MONDE

Connexion africaine

Au fil des années, le festival parade(s) a noué des liens étroits avec de nombreux artistes du continent africain. lors de cette édition, trois compagnies Guinéenne, Togolaise et Burkinabè font le déplacement à Nanterre.

Ouverte sur le monde, la programmation de Parade(s) garde un œil particulièrement attentif sur la scène africaine. Depuis huit ans, les responsables du festival entretiennent des contacts avec les organisateurs du festival Rendez-vous chez nous, au Burkina-Faso, dans le but de repérer les compagnies émergentes des arts de la rue. Trois compagnies africaines seront ainsi accueillies pendant cette 29e édition.
La compagnie Terya Circus, originaire de la Guinée-Conakry, propose un joyeux mélange d’acrobaties, de contorsions, de main à main, de jonglage et de figures sur le mât chinois (agrès de cirque composé d’un ou plusieurs poteaux en métal fixé(s) verticalement). La troupe est considérée comme l’une des héritières du célèbre Circus Baobab. La compagnie guinéenne dédie d’ailleurs ce spectacle à la mémoire de Pierrot Bidon, lequel a marqué l’histoire des arts de la rue en Afrique.


Tout aussi spectaculaires, perchés à cinq mètres du sol, Les Échassiers du Togo réalisent des acrobaties à couper le souffle. Leur savoir faire s’inscrit dans la tradition de la région des Plateaux du Togo où les échassiers ont pour coutume d’accompagner les cérémonies rituelles du peuple Ifé. C’est aussi dans cette zone que pousse un bois particulier, à la fois souple et solide, qui permet de confectionner les échasses traditionnelles, plus hautes que les échasses occidentales.


La troisième compagnie africaine vient du Burkina-Faso. L’artiste-conteur KPG présente une fable contemporaine qui évoque une insurrection populaire dans les rues de Ouagadougou. KPG interprète tous les personnages : le militaire, l’étudiant, le commerçant, le journaliste, l’imam, le prêtre… Cette histoire fait écho à la révolte qu’a connue le Burkina-Faso en 2014.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même