En direct

Retour

RUCHERS

Ça butine à la fac

Par Isabelle Fruchard

6-NI442-p6-ruchers-credit-DR.jpg

Avec le soutien de la ville, l’université s’investit pour préserver les abeilles, rappeler leur rôle fondamental et favoriser la biodiversité.

C’est un lieu plus associé à la concentration de matière grise qu’à la production du nectar doré. Entre le bâtiment de la bibliothèque et celui du resto U, le campus de l’université abrite depuis un an les 15 ruches municipales. En haut d’une butte qui surplombe le jardin partagé et à l’abri des regards, 11 d’entre elles sont destinées à la production de miel. En bas, 4 autres, elles aussi protégées par une clôture, sont réservées à des activités pédagogiques. Deux apiculteurs professionnels sont chargés de ces ruchers auparavant situés sur le cimetière du Mont-Valérien. Leur implantation sur le campus donne un coup d’accélérateur à la dynamique de transition écologique souhaitée par l’université Paris-Nanterre. « Le rucher est emblématique de notre politique de responsabilité sociétale des universités et de développement durable que l’on mène depuis juillet 2017, précise Mailys Derenemesnil, responsable de ce service. Nous proposons trois types de formations autour de l’apiculture. Des ateliers d’initiation pendant la pause méridienne pour le personnel de l’université et les étudiants ; des stages à destination des adhérents de l’université de la culture permanente et une formation pour les étudiants leur accordant un bonus au diplôme [bonus mentionné sur le diplôme : “comprendre, agir et sensibiliser en faveur de la biodiversité”, ndlr]. » Par ailleurs, des ateliers d’initiation à l’apiculture et de sensibilisation à la biodiversité sont également prévus pour les enfants des écoles et des centres de loisirs, en collaboration avec l’association Labeess (Laboratoire éthique, économique, social et solidaire). Côté production, le travail intensif des 500 000 abeilles noires domestiques, une espèce locale, a déjà permis de collecter 170 kilos de miel. Un bon début pour des butineuses stressées par leur déménagement. Cet engagement dans l’apiculture a permis au campus de remporter en décembre 2018 le label Écojardin attribué pour la première fois à une université et le Trophée des campus responsables en février dernier.

En savoir plus