Nanterre info - 454 : Septembre 2020

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

aubrac1.jpg

En chiffres

49

écoles à Nanterre

4 082

élèves inscrits en maternelle

6 157

élèves inscrits en élémentaire

Au 1er juillet 2020

178

classes de maternelle

13

classes du dispositif Moins de 3 ans

301

classes d’élémentaire

4

classes UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants)

5

classes Ulis (unité localisée pour l’inclusion scolaire) pour les enfants en situation de handicap. Une 6e classe ouvrira à l’école Miriam-Makeba, le 1er septembre.

Vos élus

Jean-Pierre Bellier,

6è adjoint, action éducative

Kenzy Gauthiérot,

conseiller délégué, ville universitaire

Assia Kachour,

conseillère déléguée, enseignement secondaire

Retour En avant

Rentrée

Réussite éducative : accompagner, soutenir

« Les apprentissages, l’enseignement, c’est le domaine de l’Éducation nationale. Côté ville, l’engagement que nous avons pris pour ce nouveau mandat, c’est de tourner notre action vers l’égalité, je dirai même vers l’équité. Nous pensons, au-delà de l’égalité des chances, qu’il faut aider davantage ceux qui en ont le plus besoin. C’est ça être équitable. De la maternelle à l’université, il faut aussi redonner du sens à la connaissance. Pour cela, nous serons aux côtés de tous les acteurs : enseignants, parents et bien sûr les enfants. » En quelques mots, l’adjoint au maire chargé de l’action éducative, Jean-Pierre Bellier, a planté le décor. « La scolarité d’un enfant doit être envisagée comme une continuité. Primaire, secondaire, supérieur : il faut dépasser les barrières et il faut faire comprendre cette continuité à tous. Nous avons six ans pour mettre en place les outils pour y parvenir. Le numérique éducatif sera également une de nos priorités. » Assia Kachour, la conseillère municipale déléguée au secondaire (collèges, lycées), abonde dans le même sens. « L’objectif du mandat est et restera de favoriser la réussite des jeunes via un accompagnement de qualité, une action partenariale, l’aide aux projets pédagogiques ou encore le PRE (programme de réussite éducative). » Elle définit l’esprit de l’action municipale : « Lutter contre le décrochage scolaire, être attentif aux moyens donnés au secondaire par l’Éducation nationale, travailler étroitement avec elle pour un résultat collectif et dans un esprit de collaboration, créer du lien avec les entreprises pour les stages de 3e par exemple, renforcer le partenariat avec les établissements secondaires et supérieurs. » L’élue assure que « l’observatoire de l’évitement scolaire se concrétisera pour améliorer l’attractivité des établissements nanterriens et rassurer les parents ». Cela passe aussi par le travail déjà engagé pour la création du collège intercommunal Nanterre-Puteaux, le nouveau collège du Parc. « Nous voulons un collège moderne répondant aux exigences environnementales, avec une offre attractive, par les langues par exemple, afin qu’il accueille tous les enfants de ce secteur et diminuer ainsi l’évitement. C’est en cohérence avec la rénovation urbaine du quartier qui vise plus de mixité en le faisant passer de 95 % de logement social à 70 %. » Enfin, « l’arrivée de la Cité éducative va permettre de réfléchir à l’offre éducative du quartier pour les 0-25 ans en intégrant tous les acteurs, Éducation nationale certes, mais aussi l’État plus largement, les parents d’élèves, la CAF, l’Agence régionale de santé ou encore les associations de la ville ». Cela permettra : « sur le terrain de formaliser les besoins de ces dernières, de créer du lien avec tous les acteurs de la ville, l’environnement, les entreprises, pour faire profiter les jeunes de toute l’offre éducative et économique de la ville. »

Volonté partenariale similaire pour Kenzy Gauthiérot, conseiller municipal délégué à la Ville universitaire : « Nous souhaitons continuer de travailler avec l’université mais également rassembler tous les établissements d’enseignement supérieur. Nous les réunirons dans une conférence de l’enseignement supérieur. Les enjeux pour notre territoire, les établissements et bien sûr les étudiants, sont grands : dynamisme économique, attractivité, social. Il y a des bénéfices réciproques à obtenir. La ville veut donc y jouer un rôle. Par exemple, nous allons mettre en place une plateforme numérique pour faire connaître l’activité de tous les acteurs. Nous allons également renforcer les liens entre les étudiants et la population, notamment à travers l’aide aux devoirs, entre les étudiants pourquoi pas grâce à des compétitions sportives inter-établissements. » Et bien évidemment, l’action municipale autour des étudiants sera le prolongement des valeurs qu’elle porte : « Nous souhaitons orienter des bourses vers des projets de développement durable. Nous nous intéresserons aussi de près à la question du logement car nous voulons avoir une idée précise de l’offre complète, au-delà du CROUS et des résidences étudiants. Enfin, nous mettrons en place un accompagnement pour aider les étudiants dans leurs démarches et leur intégration. »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même