Nanterre info - 446 : Septembre 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

14-NI446-Dossier-p14-lead-1.jpg

Les chiffres d'une rentrée bien préparée

55 000 euros

C’est le montant de la facture de la rentrée 2019 pour l’achat de mobilier neuf destiné aux écoles élémentaires, hors investissement pour l’école Makeba, dont 10 000 euros pour les dédoublements de classes. Ce dispositif national concerne cette année les classes de CE1 situées en REP (réseau d’éducation prioritaire).

20 000 euros

C’est le montant de la facture de la rentrée 2019 pour l’achat de mobilier neuf destiné aux ouvertures de classes de maternelle et au changement du mobilier existant. La ville recycle autant que possible le matériel déjà acquis.

10 000 euros

Photocopieurs, coins cuisine, coins poupée, armoires à pharmacie, vitrines, frigidaires pour les élèves qui bénéficient d’un PAI : tout ce petit matériel est lui aussi régulièrement changé. Cette année, la facture s’élève à 10 000 euros.

360 000 euros

La ville a passé, cette année, 500 commandes de classes auxquelles s’ajoutent 100 autres pour les différents dispositifs (maîtres E, maîtres G…), les psychologues scolaires et la classe d’élémentaire de l’école de danse de l’Opéra national de Paris. Cela représente

20 000 cahiers,

3 800 bâtons de colle,

3 000 ramettes de papier (500 feuilles), 3 000 stylos rouges,

3 300 feutres bleus,

2 500 marqueurs effaçables, pour tableaux blancs.

14-NI446-Dossier-p14-lead-2.jpg

.

Retour En avant

Prêts pour la rentrée !

Une rentrée bien préparée

Avec plus de dix mille enfants scolarisés, à Nanterre une rentrée ne s’improvise jamais. Tout l’été, les services municipaux se sont activés pour que tout soit prêt.

5 juillet 2019. L’heure des grandes vacances a sonné. Les élèves et professeurs des écoles désertent les couloirs, cours de récré et salles de classe. Le calme règne dans les quarante-huit écoles de la ville mais pas pour longtemps. Dès le lundi suivant, les agents municipaux des services techniques, le personnel d’entretien de la ville et les entreprises du bâtiment prennent possession des lieux. Ils ont deux mois pour nettoyer, rénover, réaménager et équiper les classes avant le retour des écoliers.

Le grand ménage

Pour le grand ménage des classes non concernées par des travaux, les équipes municipales s’attèlent d’abord au déplacement à l’extérieur des salles de tout le mobilier. Les sols peuvent alors être décapés en profondeur puis cirés. Les murs, les fenêtres, les huisseries et les sanitaires sont briqués. Chaque jouet, chaque table, chaque chaise, chaque armoire passe entre les mains expertes des agents d’entretien. Les vieux chewing-gums collés sous les chaises et les traces de feutres disparaissent. Il faut compter en moyenne une semaine pour nettoyer trois classes. Et aucune n’y échappe. Sur les deux mois d’été, l’équivalent de 500 personnes sont affectées à la grande lessive. Pour eux, le mois d’août sera particulièrement chargé avec l’ouverture de l’école Miriam-Makeba (quartier Université) où ils devront effacer toute trace de chantier.

Petits et gros travaux

La ville profite également de l’accalmie estivale pour réaliser petits et gros travaux d’entretien et de rénovation. Parmi les chantiers engagés cette année : la réfection complète des terrasses et des peintures des classes à l’école Romain-Rolland maternelle au Plateau-Mont-Valérien (287 900 euros), le remplacement des éclairages de la maternelle Pablo-Picasso au Parc sud par des LED (16 500 euros) ou encore des travaux de plomberie et de maçonnerie et la réfection des peintures du rez-de-chaussée de l’école élémentaire La Fontaine au Petit-Nanterre (156 000 euros). Ces travaux sont pour partie réalisés par les agents municipaux des services techniques. Pendant les quinze premiers jours du mois de juillet, dix agents sont affectés trois jours par semaine au déménagement des salles en vue des travaux, puis ils installeront toutes les classes en fonction des plans laissés par les professeurs des écoles. Au total, ce sont près de 665 000 euros qui auront été consacrés à améliorer les conditions d’accueil des écoliers.

Et pendant ce temps, dans les bureaux du service municipal de l’enseignement, on s’assure qu’aucun bureau ni chaise ne manque. On vérifie aussi que les cinq cent commandes de fournitures scolaires arrivent en temps et en heure avant leur répartition dans les écoles. Le 30 août, les quarante-trois directeurs d’établissements, et les cinq cents professeurs des écoles n’avaient plus qu’à installer leur matériel avant d’accueillir leurs élèves.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même