Nanterre info - 443 : Mai 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

14-NI443-p14-citoyens-demain-2-credit-claire-macel.jpg

Des élèves de la classe de CE1-CE2 A dans le jardin mutualisé de l'école et du centre de loisirs Lucie-Aubrac.

14-NI443-p14-miel-universite-credit-DR.jpg

À l’université aussi

Le campus de l’université Paris-Nanterre compte 10 hectares d’espaces verts, soit 30 % de sa surface totale. C’est là que la ville a choisi de transférer son rucher municipal pour en faire, sous la houlette de deux apiculteurs professionnels et de l’association Labeess, un espace de sensibilisation et de formation à l’apiculture ouvert aux 36 000 étudiants et personnels de l’université, ainsi qu’aux riverains.

Retour En avant

Écologie urbaine

Citoyens de demain

Ateliers, expérimentations et animations ludiques : Nanterre ne ménage pas ses efforts pour faire de l’éducation à l’environnement un pari gagnant.

Si les jeunes sont de plus en plus nombreux à défiler dans les rues pour dénoncer l’inaction des gouvernements face au réchauffement climatique, c’est qu’ils ont bien compris que la transition vers une société plus respectueuse de l’environnement ne se fera pas sans eux !

Pour éveiller les consciences dès le plus jeune âge, la ville a confié à la mission écologie urbaine le soin d’accompagner les enseignants du premier degré, soit sous la forme d’une aide au montage de projets, soit en leur proposant des parcours de sensibilisation à l’environnement et au développement durable : observation de la faune et de la flore, du cycle de l’eau et des arbres, réduction des déchets et déplacements à vélo. Les tout-petits n’ont pas été oubliés : « Trois visites au jardin des découvertes sont organisées dans l’année pour les classes des moins de 3 ans, explique Coralie Richard, coordinatrice des actions d'éducation à l'environnement. L’animateur laisse les enfants découvrir la nature à leur rythme et selon leur sensibilité. »

Les centres de loisirs s’emploient également à faire germer la fibre verte instinctivement présente chez le petit de l’homme. Un seul chiffre et tout est dit (ou presque) : six structures se sont dotées d’un jardin potager in situ, à l’exception du centre de loisirs Abdelmalek-Sayad qui cultive son jardin au square Chanzy. Au Mont-Valérien, le centre de loisirs et l’école Romain-Rolland se sont associés pour imaginer et faire vivre un grand jeu de coopération et d’apprentissages dont le but ultime est de confectionner un jardin miniature. Les mardi 14 et jeudi 16 mai, à quelques jours du lancement d’ÉcoZone, les élèves de quatre classes de CP et trois classes de CE1 relèveront le défi. Ils seront soutenus et encadrés par leurs enseignants, leurs animateurs et les membres de l’association La Bouilloire. La mise en commun des jardins miniatures aboutira à la réalisation d’une grande plantation collective.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même