Nanterre info - 441 : Mars 2019

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

dossier-asvp.jpg Des rues sous bonne surveillance

12 MÉDIATEURS DE NUIT

L’équipe des médiateurs de nuit, les « gilets verts », qui intervient actuellement dans 6 des 10 quartiers de la ville, couvrira cette année de nouveaux quartiers. Composée de 11 médiateurs et d’un responsable d’équipe, elle a pour mission de pacifier l’espace public et certains halls d’immeubles, la nuit. Ce dispositif est cofinancé, à parts égales, par les bailleurs sociaux et la ville. Il sera étendu durant la période estivale avec le renfort de trois agents mobiles qui pourront intervenir sur l’ensemble de la ville.


12 MÉDIATEURS DE NUIT

25 AGENTS DE TRANQUILLITÉ PUBLIQUE

Reconnaissables à leurs gilets rouges estampillés « Tranquillité, Prévention, Médiation / Mairie de Nanterre », les 25 agents interviennent du lundi au vendredi de 8h à 20h. Ils assurent une présence active dans l’espace public afin de constater et de signaler les incivilités et exercent un travail de prévention nécessaire à l’action de la brigade de lutte contre les incivilités. Leur mission est recentrée notamment sur la médiation dans les parcs et jardins ainsi qu’aux abords des collèges. Les traversées d’élèves devant les écoles sont confiées, depuis le début de l’année, à la régie des quartiers.


25 AGENTS DE TRANQUILLITÉ PUBLIQUE

45 CAMÉRAS DE VIDÉO-PROTECTION

Ce dispositif comprend 13 caméras nomades et 32 caméras fixes réparties sur toute la ville. Outils d’aide à l’enquête (retracer des itinéraires, dresser une chronologie des faits…), les images peuvent être examinées seulement sur réquisition de la police nationale ou du procureur de la République. Conformément aux dispositions de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), elles ne sont pas gardées plus de trente jours, mais elles peuvent également être consultées en direct au commissariat où elles sont centralisées directement.

45 CAMÉRAS DE VIDÉO-PROTECTION

Retour En avant

Bilan de la lutte contre les incivilités

Des rues sous bonne surveillance

Sur le terrain tout au long de la journée, les 17 agents de surveillance de la voie publique garantissent une rotation des véhicules stationnés et sont au cœur de la lutte contre les incivilités.

Sanglés dans leur tenue bleu marine, les trois agents de surveillance de la voie publique (ASVP) affrontent l’air vif du petit matin de février aux alentours de la gare Nanterre-Préfecture, accompagnés d’un agent issu de la filière police municipale et de la responsable de la brigade de lutte contre les incivilités (BLI). « Nous sommes là pour sécuriser le travail des ASVP et nous assurer que tout se passe bien », expliquent ces dernières. Direction rue Salvador-Allende qui fait partie de la zone jaune avec un stationnement limité à trois heures et demie. Dans ce quartier de bureaux, la plupart des automobilistes sont en règle et payent à partir de leur téléphone portable via le service Whoosh. Le contrôle est simple, rapide et permet de repérer d’éventuels véhicules volés. En cas de non-paiement ou de paiement insuffisant, un papier est apposé sur le pare-brise informant l’automobiliste qu’il devra s’acquitter d’un forfait post-stationnement (FPS). Depuis le 1er janvier 2018, celui-ci remplace l’ancienne amende. Son montant de 23 euros a été fixé par le conseil municipal. En voyant la petite équipe arriver, un homme se hâte de rejoindre sa voiture. Un peu plus loin, un livreur garé en double file s’empresse de se justifier. « Effectivement, l’emplacement pour les livraisons juste en face est déjà occupé, donc nous sommes tolérants, note la responsable de la brigade. Nous sommes toujours à l’écoute et nous travaillons avec beaucoup de discernement pour éviter les conflits. » Dans la rue parallèle des Trois-Fontanot, l’équipe est arrêtée à plusieurs reprises pour indiquer le chemin vers la préfecture. « Notre rôle consiste aussi à renseigner les gens et à constater toutes les anomalies sur la voie publique, comme un potelet tombé ou un dépôt sauvage. Nous prenons alors une photo que nous transmettons au service municipal concerné », poursuit la responsable. Avec l’extension du stationnement payant dans plusieurs rues en 2015, la piétonnisation du centre-ville un samedi par mois, de mai à novembre depuis 2014, et surtout l’ouverture de l’Arena Paris La Défense à Nanterre, en octobre 2017, l’équipe de la BLI est très sollicitée. Un travail de terrain essentiel pour prévenir les incivilités.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logotest5.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même